Aller au contenu principal

Quel avenir pour la filière laitière dans la Somme ?

De nouvelles perspectives pour l’éleveur laitier en 2018 ?

Un bâtiment qui concilie le bien-être de l’éleveur et de ces animaux, et a pris en compte son intégration paysagère.
Un bâtiment qui concilie le bien-être de l’éleveur et de ces animaux, et a pris en compte son intégration paysagère.
© D R


Laissant au passé une première forte baisse du cours du lait en France, la conjoncture laitière ne s’est pas redressée à la hauteur des attentes des éleveurs laitiers. Les perspectives 2018 n’étant pas non plus encourageantes, nombreux sont les exploitants dont l’inquiétude grandit quant à la pérennisation de leurs exploitations. Si les cahiers des charges se multiplient pour faire valoir un produit différencié au consommateur, cela ne fait que pousser le lait dit «conventionnel» aux oubliettes…
La zone laitière du département de la Somme a pour spécificité d’être en concurrence directe avec les cultures à haute valeur ajoutée. Fort de ce constat, toute démarcation du produit laitier, qui passera par l’extensification de la production, sera fortement compromise. Néanmoins, de nouveaux marchés semblent émerger, et certains éleveurs se remettent en question et continuent à investir et à croire en la production laitière. Pour répondre à ces problématiques récurrentes, la chambre d’agriculture propose de faire le point lors de la journée de l’élevage et du bâtiment, le 25 janvier, à Saint-Riquier. La matinée sera consacrée aux différentes perspectives pour les éleveurs laitiers de demain. L’occasion pour les éleveurs de confronter leurs choix stratégiques de ces dernières années. Plusieurs intervenants animeront la réflexion sur les problématiques de demain (conjoncture, lait différencié, nouvelles technologies…) et Gérard You, économiste à l’Institut de l’élevage, nous dévoilera les dernières tendances et perspectives pour le marché du lait.

Stratégie d’entreprise et nouvelles technologies
Le lait est un produit animal on ne peut plus standard. Néanmoins, il n’existe pas une exploitation laitière ressemblant à une autre. Les stratégies envisageables économiquement et socialement aujourd’hui sont encore nombreuses : intensification ou extensification, main-d’œuvre employée et/ou exploitante, source fourragère, différenciation du produit, maîtrise de la commercialisation… Tous ces éléments peuvent rendre confuses les décisions prises par les éleveurs.
De même, la recherche technologique permet d’augmenter en continu la productivité de l’homme. Prenons l’exemple du robot de traite, qui rassemble plusieurs technologies. Les éleveurs atteignent des taux de productivité de la main-d’œuvre, qui avoisinent les 700 000 l/UTH et proches des chiffres énoncés par le pays du Nord de l’Europe. Même s’il y a un surcoût lors de l’investissement et des frais de fonctionnement supplémentaires, le résultat est au minimum compensé par la productivité. Les nouvelles technologies doivent nous permettre d’améliorer nos performances, encore faut-il en mesurer leur retour sur investissement et la cohérence avec son système.
La robotisation s’accélère, d’autant plus dans nos régions de polyculture-élevage, où les éleveurs doivent faire face à des pointes de travaux importantes engendrées par la multiplicité des productions, mais c’est là notre force et notre capacité de résistance aux aléas climatiques et économiques. Ainsi, face à la crise, les exploitations sont souvent soumises à des difficultés diverses, mettant parfois leur existence en péril. La question de la résilience est donc de plus en plus soulevée, et c’est cet aspect qu’il nous faut travailler. Malheureusement, les nouvelles technologies ne sont pas toujours compatibles avec les attentes sociétales. Mais c’est la vocation des chambres d’agriculture et de leurs partenaires de vulgariser le progrès technique sans oublier, et c’est là la nouveauté, sa compréhension par le grand public. Ainsi, on parle beaucoup du lait à l’herbe, mais quel est l’impact réel sur nos exploitations laitières, sur le plan technique et économique, mais aussi sur le plan du travail au quotidien ? Des éléments de réflexion seront présentés lors de cette matinée.
L’après-midi, la famille Fernandez, à Oneux, ouvrira les portes de son élevage laitier avec la spécificité d’avoir été créé en 2016.

Quatre ateliers tournants thématiques
- Raisonner ses choix génétiques, l’exemple de la race Montbéliarde
- Piloter la production laitière en système robotisé
- Concevoir son projet bâtiment d’élevage : la conception, la réglementation et les aides
- Conduire sa stratégie d’alimentation en élevage laitier
Les conseillers de la chambre d’agriculture et les partenaires seront disponibles au cours de la journée pour répondre à vos questions.

Renseignements et inscriptions auprès de Catherine Brandicourt au 03 22 33 69 00 ou par mail à c.brandicourt@somme.chambagri.fr, ou auprès de votre conseiller habituel.

Tarif de la journée, repas compris : 25 € HT (30 € TTC) pour la première personne et 20 € HT (24 € TTC) à partir de la deuxième personne de l’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde