Aller au contenu principal

Quel avenir pour l'abattoir de Montdidier ?

Un point a été fait lors de la session de la chambre d’agriculture sur le sujet.

© D. R.


Une épée de Damoclès est suspendue au-dessus de la tête de l’abattoir de Montdidier, et cela ne date pas d’hier. Sa grande fragilité technique et économique pourrait bel et bien entraîner sa fermeture et laisser le territoire sans abattoir de proximité. Une situation inconcevable à l’heure où les collectivités prônent le développement des circuits de proximité et où le bien-être des animaux est scruté à la loupe par la société.
Aussi, pour éviter la Bérézina, le préfet a mis en place un comité de pilotage en juillet dernier, dont la mission est de travailler sur la création d’un nouvel outil, car la rénovation de l’abattoir actuel serait bien trop coûteux.

Différents scénarios
Après la rencontre des principaux usagers (Sauvage viande, société Guy Lagache, Petit Lourdel, Coopérative du micro-abattoir, la Ferme des trois châtaigniers, etc.), un potentiel de 3 000 à 5 000 tonnes a été identifié, «soit un volume suffisant pour monter un projet économiquement viable», précise Olivier Morel, directeur adjoint de la Chambre d’agriculture de la Somme. Reste qu’aucun tonnage n’a été engagé solennellement. Coût estimé pour ce nouvel outil en lien avec le tonnage pré-cité, et qui sera situé à Montdidier : entre 4 et 6 millions d’euros. Durée de la finalisation du projet : trois ans au minimum.
Reste que si l’abattoir ferme ses portes entre-temps, on fait comment ? Deux options sont à l’étude, dixit Olivier Morel. «Si l’abattoir ferme, on pourrait le garder dans son organisation actuelle avec l’intégration d’un nouveau directeur. Ou alors, le groupe prêt à porter le projet demain reprend le fonds de commerce», détaille-t-il. Autres choix à trancher : le type d’abattoir, la gouvernance et le financement. Autrement dit, des choix cornéliens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde