Aller au contenu principal

Quel impact de la sécheresse sur les céréales en Hauts-de-France ?

Le printemps 2022 a été particulièrement sec avec très peu de pluies, voire aucune, entre début avril (dernières pluies significatives) et mi-mai dans la région ce qui peut affecter les céréales. Le sec a entrainé une arrivée précoce du stade épiaison avec une dizaine de jours d’avance. 

Un stress hydrique réduit la photosynthèse et la croissance globale du couvert  et peut avoir divers impacts en fonction de sa période d’expression.
Un stress hydrique réduit la photosynthèse et la croissance globale du couvert et peut avoir divers impacts en fonction de sa période d’expression.
© © Nadège Petit – FranceAgriTwittos

En effet, un stress hydrique réduit la photosynthèse et la croissance globale du couvert et peut avoir divers impacts en fonction de sa période d’expression. Au cours du tallage (situation très rare en France pour les espèces d’hiver, mais tout à fait ce que nous avons pu connaître sur orge de printemps), l’émission des talles peut être affectée, voire arrêtée, pour privilégier la croissance du système racinaire. Ceci impactant une première composante de rendement : le nombre d’épis. 

Lors d’un stress hydrique courant montaison, la montée à épi est évidemment affectée, mais elle est souvent associée à une carence azotée induite (engrais non disponible pour la plante par manque de pluie). Dans ce cas, la biomasse est aussi affectée. La densité d’épis finale est affectée ; la fertilité épi peut également être pénalisée si le stress se maintient. 

 

Un stress hydrique peu rencontré jusqu’alors 

Dans la région Hauts-de-France, le stress hydrique estimé au 23 mai reste relativement faible dans les sols profonds et moyennement profonds (cf. figure 2). En revanche, les sols plus superficiels sont plus affectés par ce stress hydrique pénalisant les céréales implantées dans ces situations. L’impact est encore plus marqué pour les semis tardifs (après le 20/11)

 

Des niveaux de stress hydrique déjà rencontrés dans le passé 

La situation de stress hydrique actuelle de la région renvoie à quelques épisodes déjà rencontrés au cours des années précédentes. Notamment à la campagne 2011 où le printemps avait été chaud et sec, avec une végétation précoce et un stress hydrique très marqué jusqu’au retour des pluies fin mai ou encore au printemps 2020 marqué par un stress hydrique précoce et intense en début de montaison, avant le retour de pluies fin avril ou courant mai. 

Si on prend la période actuelle, seules les situations de semis tardifs du sud de la région semblent présenter une cinétique différente avec un stress hydrique arrivé bien plus précocement qu’en 2011 ou 2020. 

 

Un retour des pluies bénéfique 

Dans la région, les retours des pluies entre le 16/05 et le 22-23 mai ont été bénéfiques aux cultures et ont permis de valoriser les apports d’azote pour les sols profonds. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde