Aller au contenu principal

Présidentielle 2022
Quelle place pour l'agriculture dans la candidature Macron ?

Le président de la République a annoncé ce jeudi 3 mars son intention de se présenter pour un second mandat à la tête de l'Etat. Il détaille ses intentions dans une « lettre aux Français ».

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron lors de sa visite au Salon international de l'agriculture, pour son inauguration.
© Ministère de l'Agriculture

Le texte est (relativement) court et sobre. Dans une « lettre aux Français » qui sera publiée demain, vendredi 4 mars, dans la presse quotidienne régionale, Emmanuel Macron annonce son intention de briguer un second mandat.

De manière générale, il écrit vouloir être candidat « pour inventer avec vous, face aux défis du siècle, une réponse française et européenne singulière. Je suis candidat pour défendre nos valeurs que les dérèglements du monde menacent. Je suis candidat pour continuer de préparer l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants. Pour nous permettre aujourd’hui comme demain de décider pour nous-mêmes ».

« Continuer à moderniser notre agriculture »

S’il reconnait « ne pas avoir tout réussi », il assure néanmoins « avoir tenu bon, sans jamais renoncer à agir », en écho à la succession de crises auxquelles la France et les Français ont dû faire face au cours des cinq dernières années : « Grâce au travail de tous, nous avons pu investir dans nos hôpitaux et notre recherche, renforcer nos armées, recruter policiers, gendarmes, magistrats et enseignants, réduire notre dépendance aux énergies fossiles, continuer à moderniser notre agriculture ».

La suite du texte donne un aperçu plus précis des priorités qu’il entend défendre, s’érigeant d’abord contre la décroissance prônée par certains de ses adversaires : « Il n’y a pas d’indépendance sans force économique. Il nous faudra donc travailler plus et poursuivre la baisse des impôts pesant sur le travail et la production », écrit-il. 

Puis il détaille un certain nombre de secteurs dans lesquels il entend investir, dont celui de l’agriculture : « Pour ne pas nous laisser imposer par d’autres les technologies qui rythmeront demain notre quotidien, il nous faudra aussi continuer d’investir dans notre innovation et notre recherche afin de placer la France en tête dans les secteurs qui, comme les énergies renouvelables, le nucléaire, les batteries, l’agriculture, le numérique, ou le spatial feront le futur et nous permettront de devenir une grande Nation écologique, celle qui la première sera sortie de la dépendance au gaz, au pétrole et au charbon ».

Défense de l’art de vivre à la française

Côté valeurs, le candidat Macron semble vouloir protéger l'art de vivre à la française, avec un clin d’œil aux territoires : « Défendre notre singularité française implique enfin de promouvoir une certaine manière d’être au monde. Un art de vivre millénaire, enraciné dans chaque région, chaque canton, chaque ville et chaque village que ce soit en métropole ou dans nos outre-mer ». Lutte contre les inégalités, investissement pour l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées et handicapées ou encore dans l’éducation figurent aussi parmi les chantiers prioritaires d’un prochain quinquennat en étant expressément citées.

Emmanuel Macron

« Cette élection présidentielle déterminera les directions que le pays se donne à lui-même pour les cinq années à venir et bien au-delà. Bien sûr, je ne pourrai pas mener campagne comme je l’aurais souhaité en raison du contexte. Mais avec clarté et engagement j’expliquerai notre projet, notre volonté de continuer à faire avancer notre pays avec chacun d’entre vous », conclut le président désormais candidat. Signe que la campagne aura bien lieu, en dépit d’un contexte international chamboulé. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde