Aller au contenu principal

Quelle place pour l’agriculture sur le territoire du Grand Roye ?

Le 7 novembre dernier, la Communauté de communes du Grand Roye organisait une réunion d’information pour présenter le diagnostic agricole qui sera fait sur son territoire.

Le territoire du futur PLUi
Le territoire du futur PLUi
© Source : Cabinet quartier libre


Réglementation oblige, la nouvelle Communauté de communes (CdC), créée le 1er janvier 2017 à la suite de la fusion de la Communauté de communes du canton de Montdidier et de celle de Roye, entame ses travaux pour l’élaboration d’un Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi). Regroupant soixante-deux communes et près de 25 000 habitants, la tâche de l’intercommunalité est de taille. Et d’autant sur ce territoire où 75 % de la superficie sont consacrés à l’agriculture.
Aussi, avant de se lancer tête baissée dans l’élaboration de ce document, la Communauté de communes du Grand Roye a-t-elle missionné la chambre d’agriculture pour que cette dernière réalise un diagnostic agricole. «Nous souhaitons dresser un état des lieux de l’agriculture afin de garantir les conditions de son évolution sur notre territoire, tout en permettant le développement harmonieux et équilibré de l’urbanisation et des autres activités économiques», précise la présidente de la CdC, Bénédicte Thiébaut.
Afin de mener à bien cette démarche, la CdC organisait, le 7 novembre, une réunion d’information pour la profession agricole, à Etelfay, en présence des représentants de l’intercommunalité, de la Chambre d’agriculture de la Somme et du maître d’ouvrage du PLUi, le cabinet Quartier Libre. Une quarantaine d’agriculteurs ont répondu présent à l’invitation.

Diagnostic agricole : une nécessité
Avec 28 770 ha dédiés à l’agriculture sur une surface totale du territoire de 38 525 ha, 500 exploitations agricoles et environ 300 agriculteurs, l’activité agricole est tout sauf neutre dans la nouvelle CdC. «Le diagnostic agricole va permettre de se donner les moyens de prendre en compte l’activité agricole au moment des choix qui seront faits en matière d’urbanisme, comme de maintenir le tissu rural, faciliter d’éventuels projets de diversification d’activité, traiter à la bonne échelle les problématiques de circulation des engins agricoles ou encore les problèmes d’érosion des sols», précise en introduction Maryse Magniez de la Chambre d’agriculture de la Somme.
Pour identifier les parcelles stratégiques pour les exploitants, les bâtiments des exploitations et les projets des agriculteurs, une enquête sur le terrain va être lancée à la mi-novembre par la Chambre d’agriculture de la Somme. Les agriculteurs seront contactés individuellement par Maryse Magniez et Carine Brunel pour des entretiens d’une durée oscillant entre une heure et une heure et demie. Les thèmes abordés porteront sur la physionomie des exploitations, le bâti agricole et son devenir, les aménagements, les problématiques d’érosion et de ruissellement, celles de circulation des engins agricoles, ainsi que les projets des exploitations.
A l’issue des entretiens, soit fin mars ou début avril, un profil général de l’agriculture sera établi avec toutes les spécificités du territoire, puis une cartographie sera dessinée. Tous les éléments seront ensuite remis à la Communauté de communes du Grand Roye, qui devrait en faire une restitution aux alentours du mois de juin. Quant au PLUi, trois ans de travail seront nécessaires pour son élaboration. Si tout se déroule dans les règles de l’art, celui-ci devrait être approuvé en conseil communautaire en février 2020, puis applicable un mois plus tard.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde