Aller au contenu principal

Quelle suite pour l’OP des betteraviers de Roye ?

L’Organisation de producteurs (OP) de Roye n’ayant pu trouver d’accord avec le groupe Saint Louis Sucre, des solutions alternatives ont été travaillées pour que les planteurs sans contrats puissent continuer à produire de la betterave en 2020.

L’OP peut continuer à rechercher des débouchés en son nom pour le collectif d’adhérents qui le souhaitera.
L’OP peut continuer à rechercher des débouchés en son nom pour le collectif d’adhérents qui le souhaitera.
© D. R.



Après la réception du courrier de fin de collaboration de Saint Louis Sucre, les planteurs de betteraves adhérant à l’Organisation de producteurs des betteraviers de Roye et n’ayant pas retourné leur contrat directement à l’industriel ont eu le sentiment d’un abandon de leur situation par le groupe industriel. Pour faire le point de leurs intentions, les responsables de l’OP ont débuté dès la fin de l’année un recensement de leurs positionnements et des démarches de recherche de débouchés auprès de groupes industriels tiers.
Premier enseignement, et c’était déjà exprimé à Carrepuis, la pression n’a fait que monter sur bon nombre d’entre eux, puisque certains, en parallèle de leur démarche collective, ont fini par signer également un contrat direct auprès de Saint Louis Sucre. Pression, sécurisation, coup double, les motivations étaient multiples. Cependant, a posteriori, en termes de capacité de résistance collective, cela ne pouvait que renforcer les positions de chacun. à l’opposé, vient une seconde catégorie de planteurs qui se sont toujours dits prêts à suspendre si ce n’est arrêter la production de betteraves. Minoritaire, certes, mais de l’ordre de 10 %. Et enfin, le cœur de l’OP, ceux qui sont demandeurs de travailler avec un autre groupe, de préférence au travers de l’OP ou en direct. C’est sur cette base statistique que les responsables de l’OP ont rencontré les dirigeants des groupes sucriers de proximité, Tereos et Cristal Union, en l’occurrence, en proposant un débouché sur le volume ainsi constitué. Les deux groupes après réflexion ont décliné l’approche avec l’OP comme interlocuteur, par choix de positionnement vis-à-vis de leurs planteurs actuels. En effet, aujourd’hui la situation des Tiers non adhérents (planteurs travaillant avec une coopérative, mais n’étant pas porteurs de capital social) est traitée au travers de la commission de répartition de la valeur chez l’un et absente chez l’autre.

Un accompagnement des situations
S’ils déclinent le partenariat avec l’OP, ils se disent ouverts à accueillir un maximum de planteurs dans leurs conditions d’accès. Dès lors, l’OP ne peut plus être interlocuteur pour les discussions, non seulement les groupes sucriers veulent travailler avec les producteurs directement et par adhésion, et que de surcroît, l’OP peut se retrouver en situation de concurrence potentielle à l’avenir. Car l’OP n’est pas «morte» : le médiateur des relations commerciales du ministère de l’Agriculture va engager son travail et, en tout état de cause, l’OP va obtenir la signature de son agrément, tout comme l’a obtenu celle d’étrepagny avec laquelle est constituée l’AOP. Le rythme juridique n’est pas le même que le rythme cultural, mais à l’heure actuelle, compte tenu des intentions de certains producteurs et de ces futures échéances, l’OP peut continuer à rechercher des débouchés en son nom pour le collectif d’adhérents qui le souhaitera. Dans l’immédiat, concernant les discussions avec les groupes sucriers, c’est le syndicat betteravier CGB Somme qui se doit d’être acteur : «nous avons demandé aux groupes coopératifs de trouver des solutions simples pour accueillir tous les planteurs abandonnés par Saint Louis Sucre et sans contrat pour 2020, et ce, dans des conditions qui permettent une accessibilité financière et géographique à tous», a dit Dominique Fievez, président de CGB 80, avant de préciser : «il y a dans chaque groupe des niveaux connus de capital social à souscrire, mais il faut aussi moduler ce chiffre avec une progressivité dans le temps, les volumes additionnels distincts des volumes couverts par les parts sociales et, il y a, enfin, l’histoire de chaque groupe à prendre en compte. Aujourd’hui, nous sommes en capacité à répondre aux adhérents qui nous sollicitent et les accompagner dans leur choix».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde