Aller au contenu principal

Nature
Quelques règles pour les cueilleurs de fleurs en forêt

Pour que la cueillette ne s'apparente pas à du pillage, l'Office national des forêts (ONF) rappelle quelques règles simples aux promeneurs qui seraient tentés d'aller cueillir du muguet et autres fleurs sauvages.

© Véronique Vinot - ONF

Du bon sens, rien que du bon sens. A toi, le cueilleur occasionnel tenté d’aller arracher quelques brins de muguet en ce 1er mai, l’Office national des forêts rappelle quelques règles « de bonne conduite ».

Parmi les bonnes pratiques recommandées pour que la cueillette reste un plaisir, la première est de s’assurer de l’accord du propriétaire. En forêt privée, mais cela vaut aussi pour les champs et les pâtures, la cueillette doit en effet être autorisée par le propriétaire. Dans le cas contraire, elle est logiquement interdite. Dans les forêts publiques gérées par l’ONF, la cueillette est tolérée à condition qu’elle soit « à caractère familial », et que l’espèce ne soit pas en danger.

« Ce que la main peut contenir »

Seconde recommandation, et pas des moindres, « la cueillette doit être raisonnée », souligne l’ONF. Seul le ramassage des tiges en fleur est « toléré » mais en quantité limitée : « ce que la main peut contenir, soit 10 à 15 tiges par personne ». Un ramassage trop volumineux peut en effet faire l'objet d'une amende, voire d’une sanction pénale, comme cela est prévu dans le code forestier.

Couper plutôt qu'arracher

Lors de la cueillette, veillez à ne pas prélever le bulbe des fleurs pour ne pas empêcher leur renouvellement. Cela vaut particulièrement pour le muguet et les jonquilles, souvent prisés des promeneurs.

« Cueillir et ramasser des fleurs fait partie des plaisirs simples de la sortie en forêt, reconnait l’ONF, mais certaines espèces comme les jonquilles ou le muguet connaissent aujourd'hui des cueillettes excessives pouvant fragiliser leur présence ».

Respecter les consignes sanitaires

Enfin, si d’aucuns auraient tendance à l’oublier, couvre-feu et restriction de circulation restent en vigueur pour encore quelques jours. Le ministère de l’Agriculture est donc là pour le rappeler : « La collecte de muguet par les particuliers devra se faire entre 6h et 19h et dans la limite d’un périmètre de dix kilomètres autour de leur lieu d’habitation ». A 135 euros le brin de muguet, il revient moins cher d'aller en acheter chez un fleuriste.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde