Aller au contenu principal

Quels sont les impacts de l’augmentation des matières premières sur les élevages ?

Chiffres à l’appui, Estelle Lépron et Anthony Chemin nous expliquent les incidences sur les élevages bovins et les premiers leviers pour les atténuer.

Les années se suivent et ne se ressemblent pas ! L’année 2020 et l’année en cours sont de parfaits exemples. En 2020, nous avons dû complémenter les animaux à l’herbe en été, ils ont mangé du stock, ce qui s’est fait ressentir sur l’hiver. Sur le premier semestre, les matières premières connaissaient des prix bas qui faisaient du bien au moral et au portefeuille. Les prix des fertilisants étaient corrects et «patatras» voilà que tout s’inverse ! 

En production laitière, prenons l’exemple d’une exploitation de 140 ha avec 62 vaches laitières pour un volume de 534 000 l de lait vendus. L’impact de la hausse des aliments est de 5 900 € soit 11 €/1 000 l. Les premières tendances sur le prix du lait pour la campagne 2021 seraient de l’ordre de + 9 €/1 000 l, ce qui ne permet pas de couvrir la hausse du coût alimentaire (cf. tableau 1). 

En viande bovine, prenons l’exemple d’un éleveur naisseur-engraisseur de taurillons en charolais avec 65 vêlages d’hiver et une alimentation à base de maïs ensilage. On observe une hausse du coût alimentaire de 5 000 €, soit + 22 €/UGB, principalement dû aux achats d’aliments (cf. graphe 1).

À noter, dans les deux cas, que la hausse des engrais et des carburants n’est pas encore prise en compte car le coût des fourrages 2021 n’a pas ou peu été impacté. Ce qui est encore une source d’inquiétude pour la prochaine campagne.

 

Quels sont les leviers pour limiter cette hausse des coûts ?

Tout d’abord, les récoltes de fourrages 2021 sont bonnes et les premières tendances en ensilage de maïs sont plus que correctes, ce qui limitera le recours à l’achat de co-produits. Afin d’ajuster au mieux la ration des animaux en fonction des besoins, il est primordial d’analyser ses fourrages. 

De même, la pesée des seaux d’aliments pour être sûr des quantités apportées est aussi un bon moyen de limiter le gaspillage. Autre point important, vérifier la densité des aliments achetés régulièrement, dans l’idéal à chaque livraison, notamment pour les élevages équipés de DAC ou de robot.

Prenons un exemple en viande : 65 vaches allaitantes + 60 génisses et 30 taurillons (cf. tableau 2).

Ce qui fait 7,5 kg/ jour, soit pour 180 jours un besoin 1,350 t de distribué en trop à 420 €/t, c’est 560 €
qui aurait pu être économisés. Alors, on pèse et on adapte !

 

Conserver les animaux rentables

En élevage laitier, il ne faut conserver que les animaux rentables. Pour cela, on définit un niveau de performance économique. Si les charges opérationnelles sont de 150 €/1 000 l, cela signifie que chaque vache coûte 4,23 €/jour. Il faut donc minimum 12 l de lait à 350 €/1 000 l pour couvrir les charges opérationnelles. Toutes les vaches qui produisent moins doivent sortir du troupeau. Enfin, travailler sur la qualité du lait pour maximiser son prix de vente est primordial. 

En élevage viande, les animaux improductifs sont, eux aussi, à faire partir. Les vaches qui ne sont pas gestantes (échographies à réaliser à la rentrée), les vaches que l’on a décidé de réformer (à engraisser avec leurs veaux), les reproductrices qui se sont décalées ou avec un veau mort ou encore avec des problèmes au vêlage. En temps normal, elles ne payent déjà pas leur place et en prennent pour les autres mais, cette année, particulièrement, elles vont coûter cher. Mais voyons le verre à moitié plein !
Le prix de la viande a augmenté et va aider à lisser la hausse des prix des matières premières. Donc, si vous vendez les improductives, ce sera le moment…

Heureusement, les agriculteurs savent s’adapter à la météo de tous les jours et aux conjonctures fluctuantes. C’est là que l’expertise et l’expérience tirent tout son intérêt dans le métier d’agriculteur.

 

Et ce n’est pas fini…

Malheureusement, l’année 2022 s’annonce compliquée car en plus de la hausse des cours des aliments, viendra s’ajouter les hausses des prix de l’énergie et des fertilisants. Il faudra donc une bonne conjoncture laitière et de la viande pour couvrir cette hausse des coûts alimentaires. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde