Aller au contenu principal

Quels vétérinaires pour quels élevages ?

Le 4 novembre, l’Académie vétérinaire de France (AVF) organisait, à Paris, une journée complète consacrée au thème «Quel élevage pour demain ? Quel vétérinaire pour cet élevage ? Les vétérinaires face aux défis de l’élevage ?». Les vétérinaires doivent aussi s’adapter à leur environnement global. 

Les vétérinaires d’animaux dits de rente sont à peine plus de trois mille  à exercer dans les campagnes. 
Les vétérinaires d’animaux dits de rente sont à peine plus de trois mille à exercer dans les campagnes. 
© Alix Penichou

Partenaires des agriculteurs, les vétérinaires d’animaux dits de rente sont à peine plus de trois mille à exercer dans les campagnes. En effet, aujourd’hui 85 % des presque vingt mille vétérinaires de France exercent en ville (lire encadré) au profit quasi essentiel des animaux domestiques. C’est d’ailleurs «vers la faune sauvage et les chevaux» que les rêves des apprentis vétérinaires s’expriment le plus, a constaté Christine Fourichon, professeur en production animale à l’École vétérinaire de Nantes. Mais tous ne le devenant pas, il faut convaincre les “recalés” de s’orienter vers d’autres secteurs, en particulier l’élevage. L’enseignement dispensé par les différentes écoles s’adapte aux réalités du temps présent : médecine vétérinaire, robotique, juridique, etc. «Il doit devenir un expert de l’animal, le conseiller de l’éleveur mais aussi l’acteur des filières d’élevage», a-t-elle ajouté. Il est vrai que le métier a beaucoup évolué depuis un demi-siècle, que le monde agricole s’est transformé et que les élèves-vétérinaires ont un profil différent des années 1950 ou 1980 : «les étudiants vétérinaires ont très majoritairement (75 % à 80 %) un profil féminin et urbain. 90 % de mes étudiants en première année n’ont jamais mis les pieds dans un élevage», a mentionné Christine Fourichon. Manier une vache pour un vêlage ou un soin n’est pas inné.

 

Démédication

D’une manière globale, les vétérinaires s’inquiètent de l’augmentation du niveau scolaire et technique des agriculteurs qui, maîtrisant bien la conduite de leur élevage, font parfois moins appel à eux, le vétérinaire étant un ultime recours. Certains produits naturels, en marché libre se révèlent tout aussi efficaces que les médicaments prescrits par les vétérinaires. «Les éleveurs ont tendance à être autonomes. Je les appelle les éleveurs-infirmiers», a dit Jean-Marc Héliez, docteur vétérinaire et consultant en production laitière. Jocelyn Marguerie, vétérinaire conseil en filière aviaire, constate lui aussi un mouvement de démédication, c’est-à-dire la réduction de l’usage de produits médicamenteux. Moins utile ? Les vétérinaires ont le sentiment de l’être, même si les éleveurs jugent leur rôle très important notamment en termes de prophylaxie et de veille épidémiologique. Ils complètent cependant leurs compétences par des activités de conseil. Les vétérinaires sont notamment formés à l’économie de l’exploitation, «car il faut élargir le champ d’expertise à la conduite d’élevage au sens large», a insisté Jean-Marc Héliez. Diversité des systèmes de production, marges et résultats, impact économique des maladies, appréciation de la rentabilité d’une intervention font désormais partie du pack de compétences élémentaires de tout bon vétérinaire, selon Christine Fourichon. 

 

«Lilliputiens»

Ils se révèlent aussi importants en termes de bien-être animal, un thème revenu à de nombreuses reprises au cours des débats. Beaucoup préfèrent utiliser le terme de «bien-traitance». Surtout, à ces deux termes, est associée l’idée tenace que les animaux doivent être obligatoirement élevés en plein air. Or, la réalité est plus complexe, notamment pour les volailles et les lapins. Ainsi Bertrand Ridremont, docteur vétérinaire, consultant en santé et nutrition animales a-t-il soupesé les avantages et inconvénients du logement alternatif des lapins. Certes, les lapins auront plus de place, plus de confort et satisferont leur besoin de ronger, mais ils seront aussi plus agressifs (surtout les femelles), multiplieront les problèmes sanitaires. Ils seront également plus exposés au stress et aux prédateurs (si le parcours est en extérieur…). Mais la «pression sociétale fera que les éleveurs devront évoluer vers ces modes d’élevage alternatifs», a-t-il ajouté. Mais en cas de pandémie, comme la «peste aviaire» selon l’expression de Jeanne Brugère-Picoux, professeure honoraire de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, le confinement devient une nécessité. Les vétérinaires, à l’image de nombreuses professions, ont la nécessité de s’adapter aux réalités et anticiper, en particulier sur la croissance des tailles d’élevage. «Mais en France, on reste des lilliputiens au regard de nos concurrents étrangers», a souligné Christiane Lambert, expliquant que son exploitation de 106 ha
et de 235 truies était loin de rivaliser avec ceux de 12 000 truies en Espagne ou de 24 000 en République tchèque. En France, il n’existe qu’environ une centaine de vétérinaires spécialisés en production porcine. Ils ne sont qu’une vingtaine «avec une activité significative en cuniculture».

 

Les vétérinaires en chiffres

Selon l’Atlas démographique de la profession vétérinaire en France (édition 2020), 18 874 vétérinaires exercent en France. Cette population a augmenté de 4,4 % en cinq ans. 54,2 % de femmes sont vétérinaires. L’âge moyen des vétérinaires est de 43,2 ans. 62,2 % des vétérinaires exercent à titre libéral (associé ou individuel) ou en tant que collaborateur libéral, et 33,9 % des vétérinaires inscrits au tableau de l’Ordre sont quant à eux salariés. Les vétérinaires déclarant soigner les animaux de compagnie à titre exclusif ou principal représentent 71 % des inscrits. «Une activité qui continue à progresser», souligne l’Atlas. Les vétérinaires pour animaux d’élevage ne représentent plus que 19 % du nombre d’inscrits au Tableau de l’Ordre. En cinq ans, le nombre de vétérinaires déclarant une activité exclusive ou principale au profit des animaux de rente est passé de 4 123 à 3 518, ce qui représente une baisse de 14,7 % de l’effectif (605 vétérinaires). Cette baisse désormais très marquée et préoccupante n’est plus compensée par un basculement de l’activité exclusive animaux de rente au profit de l’activité mixte à prédominance animaux de rente.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde