Aller au contenu principal

«Rappeler le poids de l’agriculture aux nouveaux décideurs régionaux»

Christophe Buisset a été élu président de la nouvelle Chambre d’agriculture régionale Nord-Pas-de-Calais - Picardie.

Christophe Buisset, premier président de la nouvelle Chambre d’agriculture régionale Nord-Pas-de-Calais-Picardie, est originaire de la Somme.
Christophe Buisset, premier président de la nouvelle Chambre d’agriculture régionale Nord-Pas-de-Calais-Picardie, est originaire de la Somme.
© AAP

Le 14 décembre 2015 restera une date historique dans les archives des Chambres d’agriculture. Tout juste quatre-vingt-douze ans après leur création en France, celles du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie sont les premières institutions à se réunir à l’échelle de la future grande région. Élu par quatre-vingt-dix membres des Chambres des deux anciennes régions réunis en session d’installation à Amiens, Christophe Buisset, 51 ans, seul candidat en lice, devient le premier président de la nouvelle Chambre d’agriculture régionale Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Je suis agriculteur à Aveluy, petite commune près d’Albert (80), dont je suis aussi le maire. Dès mon installation en 1982, je me suis engagé dans la Somme chez les Jeunes Agriculteurs, puis à la FDSEA et à la caisse locale de Groupama dont je deviendrai président. Depuis 2013, je préside la Chambre d’agriculture de région Picardie.

Vous devenez aujourd’hui le représentant d’une des principales régions agricoles de France…
En effet, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie devient une, voire la région majeure en termes de positionnement, notamment sur le volet des productions végétales. Axe reliant le nord de l’Europe et le grand Paris, la région est un formidable bassin de consommation. Notre agriculture n’est pas singulière, elle est plurielle : de la recherche aux industries agroalimentaires en passant par les circuits courts et d’élevage, les atouts à développer sont nombreux.

Quelles sont vos ambitions pour cette nouvelle Chambre ?
La Chambre régionale Nord-Pas-de-Calais-Picardie, organe consultatif des pouvoirs publics, doit refléter et porter l’image et le poids de toute notre agriculture. Il nous faudra le rappeler très vite et très fortement auprès des nouveaux décideurs et interlocuteurs régionaux. Les cartes sont différentes, les dimensions sont autres, les enjeux plus forts et complexes. Il faut créer un véritable esprit régional à partir d’une équipe motivée et structurée.

Justement, qu’est-ce que «l’esprit régional», selon vous ?
Il ne faut pas attendre que les choses viennent, ne pas gérer les dossiers au fil de l’eau ou dans l’urgence. Cela nécessite de savoir anticiper, pouvoir apprécier, mesurer, avoir du recul, être force de proposition et non pas répondre «par défaut» ou faute d’absence de concertation et d’échanges entre nous. Il est essentiel aujourd’hui, dès le début d’un questionnement, de poser la réflexion au niveau régional.

Comment va s’organiser la structure ?
Je suis très sensible et attaché au binôme élu-conseiller. En conséquence, nous organiserons dans quelques semaines un séminaire avec le nouveau bureau pour définir cette nouvelle gouvernance en région. Il s’agira d’établir les bases de notre politique agricole et ses priorités, identifier les commissions régionales (champ, contenu, rôle, fonctionnement), désigner des élus référents en binôme avec les chefs de projets administratifs, et préparer le futur mandat de 2019. De ce projet politique devra être décliné un projet d’entreprise indispensable à mettre en place progressivement.

Quels seront vos dossiers prioritaires début 2016 ?
Nous devons agir rapidement pour conforter la place de l’élevage dans nos territoires. Il a un rôle incontournable dans l’économie agricole, mais est surtout un poids social important de par les emplois induits dans les nombreuses filières du secteur animal. La défense du métier et son développement économique seront au cœur de notre positionnement. Anticipation et innovation en seront les mots clés.

Un bureau de vingt élus et Lille comme siège social

À peine nommé, Christophe Buisset a soumis au vote sa liste de membres du bureau. Laurent Verhaeghe (désigné président de la FRSEA Nord-Pas-de-Calais-Picardie, le 27 novembre dernier) a été élu premier vice-président de la Chambre d’agriculture régionale. «Il s’agit de construire une gouvernance à deux têtes avec des représentants des deux anciennes régions», a précisé Christophe Buisset. Jean-Bernard Bayard, Olivier Dauger (président de la Chambre de l’Aisne), Jean-Luc Poulain (président de la Chambre de l’Oise) et Daniel Roguet (président de la Chambre de la Somme) sont les autres vice-présidents. Le bureau se compose ainsi de huit élus originaires du Nord-Pas-de-Calais et de douze élus de Picardie.
La nouvelle Chambre d’agriculture, qui entrera en fonction dès le début du mois de janvier, sera dirigée par Luc Delas, actuel directeur de la Chambre de Picardie. Lille accueillera le siège social de l’institution (au 140 boulevard de la Liberté) «à proximité des lieux de décisions» et la partie administrative et opérationnelle sera basée à Amiens (19 bis rue Alexandre Dumas). Quant à la Chambre d’agriculture de région, elle porte désormais le titre de «Chambre interdépartementale».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde