Aller au contenu principal

Réagir aux actes de vandalisme

Echo de l'assemblée générale cantonale de Chaulnes.

Les participants à l’assemblée de Chaulnes.
Les participants à l’assemblée de Chaulnes.
© aap

Une dizaine d’agriculteurs et agricultrices du canton de Chaulnes se sont retrouvés salle Saint Didier à Chaulnes le 20 décembre pour l’assemblée générale présidée par Hubert Lebrun avec la participation de Françoise Crété, secrétaire générale de la Fdsea.
Stéphane Lefever, juriste fiscaliste à la Fdsea a expliqué que la dotation pour investissement va disparaître en 2013. Il a rappelé que la trésorerie des exploitations est fortement sollicitée sous l’effet de la volatilité des prix et des écarts de recettes qu’elle génère.
Il encourage tout exploitant à s’imposer des contraintes en matière de suivi du financement de l’exploitation. «Faire du prévisionnel en permanence et avoir une lisibilité sur six mois sont deux moyens pour éviter certaines dépenses et donc pour gagner de l’argent», a-t-il expliqué.
Face à la recrudescence des cambriolages, la gendarmerie nationale est décidée à s’organiser et surtout à créer une dynamique auprès de la population. Il faut dire que la cherté du gas-oil et de certains métaux, la multiplication du petit matériel électro-portatif sans oublier les bijoux personnels conservés au domicile sont autant d’incitations aux vols. Ces objets en possession des agriculteurs ainsi que des animaux et parfois de l’argent liquide attirent particulièrement les voleurs, occasionnels ou plus surement en bandes organisés.
«Le reconditionnement est très rapide aujourd’hui et les vols font l’objet de livraisons dès le lendemain», reconnaissent l’adjudant-chef Guyart, commandant de la Bpdj-Bpf (Brigade de prévention de la délinquance juvénile - Brigade de protection des familles) et l’adjudant Bocket, du centre d’opération et de renseignement de la gendarmerie, invités par Hubert Lebrun. L’un des moyens les plus efficaces pour empêcher les voleurs d’agir est de se prémunir. La protection des résidences est indispensable et il faut éviter d’attirer l’œil.
Mais les gendarmes insistent sur le repérage et la communication sur tout changement observé dans l’environnement immédiat des maisons ou des bâtiments, sur la circulation de tout véhicule qui peut paraître suspecte et ce à toute heure du jour ou de la nuit, en appelant le 17 ou par tout autre moyen. «Il vaut mieux signaler que se taire afin d’aider aux recoupements», soulignent-ils.
S’efforcer de retenir un détail, être attentif aux questions anodines, relever les manœuvres des véhicules qui viennent dans les exploitations sont autant d’attitudes à adopter pour faciliter le travail d’enquête. «Nous avons besoin des yeux et des oreilles des agriculteurs et nous voulons renouer les liens avec la population locale», ont insisté les gendarmes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde