Aller au contenu principal

Rebond des cours, mais «prix mesurés» attendus pour 2018

Après avoir atteint des niveaux très bas cet hiver, les cours européens du porc repartent à la hausse. Mais les fondamentaux du marché annoncent, pour 2018, des prix «mesurés» dans l’UE.

© AAP


Les cours européens repartent à la hausse depuis quelques semaines. Le cours directeur allemand a même connu une hausse d’une ampleur «inattendue, de 7 centimes en Allemagne» (à 1,40 EUR/kg rendu abattoir) après un premier rebond de 3 ct/kg la semaine précédente, qui suivaient des mois de baisse continue, rapportent les analystes du marché du porc breton (MPB) dans une note de conjoncture le 12 février. «Il semblerait que depuis quelques mois, des porcelets danois et hollandais, traditionnellement exportés vers l’Allemagne, aient pris le chemin soit de la Pologne, soit de l’Espagne», constate le MPB, qui s’interroge sur l’ampleur de cette baisse de production (crainte de l’arrivée de la peste porcine africaine en Allemagne, prix bas...).
Le cours du MPB suit une tendance similaire, bien que moins marquée : + 1,1 ct/kg lundi dernier, après + 1,6 ct/kg il y a deux semaines. Le cours breton était reparti à la hausse depuis le 22 janvier. Le marché européen du porc atteint tous les ans son prix le plus bas en hiver ; il est descendu particulièrement bas en 2017, après la baisse des achats chinois qui avaient connu un essor extraordinaire en 2016 (voir graphique).

Mauvais signaux pour 2018
A moyen terme, les nouvelles sont moins roses. Mis à part les prix de l’aliment, qui devraient rester stables durant le premier semestre compte tenu des récoltes importantes de céréales et oléoprotéagineux, les perspectives de marché sont plutôt mauvaises pour l’année 2018.
Selon une note de FranceAgrimer diffusée le 2 février, la production porcine européenne s’oriente vers une hausse significative en 2018, si l’on en croit le dernier recensement du cheptel reproducteur (mai 2017) qui était supérieur de 1 % à celui de l’année précédente. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour la France, car la croissance se fait essentiellement en Espagne, aux Pays-Bas et au Danemark.
L’UE n’est pas la seule zone en croissance ; ses deux principaux concurrents à l’export, les Etats-Unis et le Canada prévoient des hausses respectives de 3 et 2 %. La concurrence devrait continuer d’être rude vers les marchés asiatiques, d’autant que les deux pays d’outre-atlantique devraient encore profiter d’une parité dollar-euro favorable, estime le ministère de l’Agriculture.
En Europe, «on peut ainsi envisager que les prix restent mesurés», conclut FranceAgriMer. En novembre, l’Ifip prévoyait pour la France des prix en baisse de 8,4 % sur 2018 par rapport à 2017, à 1,36 EUR/kg (- 7,5 % pour l’ensemble de l’UE).

Deux incertitudes : l’Asie et la PPA
Les fondamentaux du marché européen du porc sont mauvais, mais deux incertitudes planent sur 2018, positive d’un côté et très négative de l’autre.
L’inconnue potentiellement négative et «de taille», selon les termes de FranceAgriMer, c’est l’évolution de la peste porcine africaine en Europe : «si la PPA devait toucher (l’Allemagne) et qu’elle se voyait fermer l’export, cela poserait un grave problème d’équilibre du marché européen», estime le ministère. L’incertitude potentiellement positive pour les producteurs de porc français réside dans un éventuel réveil de la demande asiatique en viande de porc, difficile à prévoir et «qui à ce stade ne s’est pas manifestée».
Au-delà de ces inconnues, les producteurs peuvent espérer que les habituels variants de ce marché leur soient favorables cette année : une consommation stable grâce à un climat propice aux grillades ou une récolte mondiale de grains abondante en 2018 pour maintenir les prix de l’aliment bas toute l’année.
Ou, beaucoup plus improbable, que la PPA touche l’Asie avant l’Allemagne. Rappelons que le Cirad estimait en septembre que «le risque d’émergence de la PPA sur le territoire chinois est important».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde