Aller au contenu principal

Le reconfinement, un nouveau coup dur pour les centres équestres

Comme aux écuries des Longues Haies, à Soyecourt, les centres équestres ont dû fermer leurs portes au public jusqu’à nouvel ordre.
Comme aux écuries des Longues Haies, à Soyecourt, les centres équestres ont dû fermer leurs portes au public jusqu’à nouvel ordre.
© Écurie des Longues Haies


«Le mois de novembre va être violent pour la trésorerie», résume Marthe François, gérante des écuries des Longues Haies, à Soyecourt. Comme chez elle, les centres équestres on à nouveau dû fermer leur activité au public dès le premier jour de reconfinement, le 30 octobre, alors que les vacances scolaires n’étaient pas terminées.

«À part les pensions des chevaux des propriétaires, aucun argent n’entre dans les caisses. Se pose aussi la question de l’organisation pour maintenir toute la cavalerie en forme», pointe Marthe François.

Les propriétaires de chevaux ont obtenu le droit de se rendre aux écuries pour «apporter les soins et l’activité physique nécessaires au bien-être des équidés», a précisé le gouvernement. La condition : justificatifs en poche (contrat de pension et carte de propriétaire), et l’attention dérogatoire sur laquelle est cochée la case «consultations, examens et soins ne pouvant être assuré à distance». Reste que la cavalerie de club est à l’entière charge des gérants. «Les conditions ne sont plus les mêmes que lors du premier confinement. Nous ne pouvons pas mettre les chevaux au pré !»

Quant aux aides de l’État, Marthe François sait qu’elle devra s’asseoir dessus. «L’activité existe depuis un an. Elle est donc en pleine progression. Difficile de justifier une perte de chiffre d’affaires. Il s’agit en plus d’une SCEA qui intègre l’activité de l’exploitation agricole qui, elle, continue de tourner.» La professionnelle est dans l’incompréhension. «J’ai le droit d’accueillir les scolaires par classes de trente, mais pas de donner des cours d’équitation à moins de dix enfants… L’équitation est, en plus, un sport d’extérieur où les gestes barrière sont faciles à mettre en place.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde