Aller au contenu principal

Le reconfinement, un nouveau coup dur pour les centres équestres

Comme aux écuries des Longues Haies, à Soyecourt, les centres équestres ont dû fermer leurs portes au public jusqu’à nouvel ordre.
Comme aux écuries des Longues Haies, à Soyecourt, les centres équestres ont dû fermer leurs portes au public jusqu’à nouvel ordre.
© Écurie des Longues Haies


«Le mois de novembre va être violent pour la trésorerie», résume Marthe François, gérante des écuries des Longues Haies, à Soyecourt. Comme chez elle, les centres équestres on à nouveau dû fermer leur activité au public dès le premier jour de reconfinement, le 30 octobre, alors que les vacances scolaires n’étaient pas terminées.

«À part les pensions des chevaux des propriétaires, aucun argent n’entre dans les caisses. Se pose aussi la question de l’organisation pour maintenir toute la cavalerie en forme», pointe Marthe François.

Les propriétaires de chevaux ont obtenu le droit de se rendre aux écuries pour «apporter les soins et l’activité physique nécessaires au bien-être des équidés», a précisé le gouvernement. La condition : justificatifs en poche (contrat de pension et carte de propriétaire), et l’attention dérogatoire sur laquelle est cochée la case «consultations, examens et soins ne pouvant être assuré à distance». Reste que la cavalerie de club est à l’entière charge des gérants. «Les conditions ne sont plus les mêmes que lors du premier confinement. Nous ne pouvons pas mettre les chevaux au pré !»

Quant aux aides de l’État, Marthe François sait qu’elle devra s’asseoir dessus. «L’activité existe depuis un an. Elle est donc en pleine progression. Difficile de justifier une perte de chiffre d’affaires. Il s’agit en plus d’une SCEA qui intègre l’activité de l’exploitation agricole qui, elle, continue de tourner.» La professionnelle est dans l’incompréhension. «J’ai le droit d’accueillir les scolaires par classes de trente, mais pas de donner des cours d’équitation à moins de dix enfants… L’équitation est, en plus, un sport d’extérieur où les gestes barrière sont faciles à mettre en place.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde