Aller au contenu principal

Reconstruire son troupeau grâce à la génétique

À la SCEA de Guémy, Jean-François et Valérie Delzoide sont à la tête d’un troupeau de 40 Charolaises et d’une quinzaine de Gasconnes.

© D R

Pour Jean-François Delzoide, l’élevage est un loisir. Faire le tour de ses animaux est une façon de se ressourcer et réussir un vêlage est un réel plaisir. Jusqu’alors négociant en céréales et agrofourniture, il a repris l’exploitation familiale basée à Tournehem-sur-la-Hem (62) en 2004. Aujourd’hui associé au sein de la SCEA de Guémy avec son épouse Valérie, il mène les deux activités de front. Leur fils, Guillaume, est salarié à mi-temps.

Un troupeau à reconstruire
En 2004, Jean-François Delzoide reprend 23 vaches. Parallèlement, il achète un lot de laitonnes (broutardes), en 2005.
En 2009/2010, Jean-François et Valérie Delzoide choisissent d’investir davantage en génétique et achètent, chez un sélectionneur de l’Allier, un lot de génisses inscrites dont les veaux se sont avérés, malheureusement, IPI, c’est-à-dire porteurs du virus BVD (Diarrhée virale des bovins)*. «Comme nous n’avons pas tout de suite détecté la situation, il a fallu, en 2011, euthanasier tous les veaux et vendre en boucherie les vaches pleines», se souviennent les éleveurs. Il ne restait alors sur l’élevage qu’un lot de 10 vaches allaitantes et de 10 génisses. Ils ont donc décidé d’acheter 22 vaches allaitantes en Vendée et dans les Deux-Sèvres. Aujourd’hui, les 40 Charolaises bénéficient en bâtiment de 16 m2 par vache. «Plus on a d’espace, moins on rencontre de problèmes», prévient l’éleveur.

100 % du troupeau inséminé
Depuis 2006, 100 % du cheptel est inséminé, avec l’objectif de faire vêler un maximum de vaches allaitantes, la vache idéale donnant, selon lui, un veau par an. « Aujourd’hui, nous n’avons aucun regret d’avoir investi dans la génétique. On avance beaucoup plus vite avec l’IA. Mais il est important de savoir se remettre régulièrement en cause pour avancer », explique Jean-François Delzoide. Avant de recourir à l’IA, il fallait aider 80 % des vaches lors du vêlage. Aujourd’hui, 90 % des vaches vêlent sans aides (une seule césarienne a été réalisée pour cause de retournement de matrice). Le taux de mortalité est, cette année, de 0 %. À terme, la consécration pour l’éleveur serait de faire naître une mère à taureaux dans l’élevage.

Valoriser au mieux le parcellaire
En parallèle du troupeau de Charolaises, un élevage de Gasconnes vient d’être développé par Guillaume Delzoide. Cet autom­ne, l’exploitation comptera 17 génisses prêtes à inséminer. «Non seulement la race nous plaît, mais c’est aussi la possibilité de valoriser les parcelles en côte avec une race rustique», précise Jean-François Delzoide.
Car, si le corps de ferme datant de 1823 a l’avantage d’avoir beaucoup de cachet et le parcellaire d’être groupé, l’exploitation est constituée de terres séchantes (crayeuses à cailloux) difficiles à travailler, des surfaces bien valorisées par la Gasconne. Vu les conditions difficiles rencontrées dans les montagnes pyrénéennes, cette dernière a, en effet, hérité de membres solides reposant sur des onglons noirs résistants, d’une capacité à valoriser le fourrage grossier, mais également d’un fort potentiel de croissance, même en zone difficile.
Demain, après avoir aménagé les bâtiments pour pouvoir loger 65 vaches en aire paillée, Jean-François Delzoide envisage l’installation de son fils, Guillaume, et espère bien lui transmettre la passion de la génétique.
Pour l’heure, il ne s’inquiète pas quant à l’avenir de la production bovine. «Les passionnés d’élevage continueront à produire de la viande», conclut-il.

* Les veaux IPI (Infecté Permanent Immunotolérant) proviennent de vaches séronégatives (primipares ou vaches en 2e veau démunies d’anticorps) qui sont contaminées par le virus BVD au cours de leur gestation (entre 35 et 125 jours de gestation). À leur naissance, ces IPI disséminent donc le virus dans tout l’élevage, car ils sont porteurs du virus mais ne développent aucun anticorps contre la maladie.


REPERES TECHNIQUES

  • SAU : 122 ha dont 45 ha de surfaces fourragères (pâtures, luzerne) et 77 ha de céréales, maïs grain, colza.
  • Fécondité (nombre de paillettes par femelle) : 1,6.
  • Productivité numérique : 1,05 (sur 37 vêlages, 39 sevrés).
  • Troupeau : 20/25 vaches de race Gasconne ; 40/45 vaches de race Charolaise.
  • MO : 1,5 UTH. 

PRECISION

Viser le vêlage deux ans

La période de vêlage du troupeau initial s’échelonnait de février à mai, à 32/34 mois. «Aujourd’hui, nous avons pour volonté de décaler les vêlages à l’automne. Les pâtures étant très séchantes, il nous faut sevrer avant la mise à l’herbe», commente Jean-François Delzoide.
Pour ce faire, la SCEA avait, jusqu’alors, recours au groupage de chaleurs. Elle est, en ce moment, en train de revenir à la valorisation des chaleurs naturelles.
Parallèlement, pour augmenter davantage ses effectifs, la SCEA de Guémy se prépare à généraliser le vêlage deux ans. Sevrées en avril, les génisses restent en bâtiment afin de préparer le vêlage deux ans.
«Je suis convaincu qu’il faut avancer l’âge au vêlage. Sur l’exploitation, nous sommes limités par le manque de place.
Le gain d’un lot de génisses va permettre d’augmenter le nombre de vêlages et donc la taille du troupeau», indique l’éleveur.
Si, cette année, 40 % des génisses vont vêler à deux ans, l’an prochain ce sera la totalité.
Cela permettra d’avoir 50 femelles à l’IA pour, au final, obtenir une quarantaine de vaches pleines.
Avec le vêlage deux ans, l’éleveur envisage, en outre, de pouvoir vendre le surplus de ses génisses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde