Aller au contenu principal

Environnement
Réduction des pesticides : le plan Ecophyto revisité

Si l’objectif de 50 % de réduction est conservé, Stéphane Le Foll souhaite un débat plus constructif.

 

«Un constat mitigé» pour le plan de réduction des produits phytosanitaires baptisé Ecophyto. «Nous n’avons pas vu d’effets clairs et nets sur la baisse des produits phyto», a expliqué à la presse Stéphane Le Foll le 9 octobre lors d’un point d’étape Ecophyto. Même si 1 900 exploitations d’expérimentations ont été mises en place et que 200 000 professionnels ont reçu le Certiphyto, les mesures ne sont pas suffisantes pour obtenir les 50 % de réduction de pesticides promis d’ici 2018. Plutôt que d’avoir «un chiffre fétiche» le ministre de l’Agriculture a proposé une réorientation des objectifs au Comité national d’orientation et du suivi du plan Ecophyto (Cnos). En premier lieu, une fiscalité incitative a été proposée afin d‘encourager les pratiques vertueuses des agriculteurs. Ensuite, il estime que le conseil aux exploitants doit être professionnalisé et plus indépendants par rapport aux firmes et aux distributeurs. Le ministère souhaite également que les objectifs et les moyens utilisés pour la réduction des produits phyto soient précisés par bassins de productions et types de culture. L’enseignement agricole devrait être mis à contribution pour une évaluation périodique des certiphytos (certificat délivré pour maîtriser les risques des produits sur la santé publique et l’environnement NDLR). Par ailleurs, le contrôle pourrait être renforcé sur les importations illégales et les contrefaçons des produits phytopharmaceutiques.

Solutions
Concrètement, pendant ce point d’étape, un accord cadre a été signé par 25 membres du CNOS qui s’engagent dans la lutte biologique et du biocontrôle au travers de soutien aux PME productrices, d’autorisations de mise sur le marché facilitées, etc. «L’objectif est de développer des alternatives», soutient Stéphane Le Foll. Une réunion sur les nouveaux modèles de production se déroulera le 26 novembre et une plateforme contributive «produisons autrement» (agriculture.gouv.fr/Produisons-autrement) présente des solutions novatrices pour l’agriculture. Le prochain CNOS qui se déroulera en 2013 «apportera des solutions concrètes» selon le ministre et les travaux seront repris dans les groupements d’intérêt économique et écologique inclus dans la loi d’orientation prévue pour l’année prochaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde