Aller au contenu principal

Réduire ses IFT herbicides ? Un challenge possible à relever

De nombreuses solutions alternatives et de nombreux leviers agronomiques existent et sont désormais bien connus en matière de réduction des IFT herbicides. Les groupes Dephy des Hauts-de-France vous propose de partager leur réussites et difficultés le 11 janvier, via un webinaire.

La clé de voûte du désherbage repose en grande partie sur la succession culturale. Alexis Eeckman, agriculteur à Jeancourt (02) en a fait son credo. Sur la centaine d’hectares qu’il cultive, Alexis a su conjuguer baisse du recours aux produits phytosanitaires et rentabilité. Son faible recours aux produits phytosanitaires depuis plusieurs années démontre une certaine robustesse du système de culture en place. C’est une évolution sur le long terme qui est engagée depuis son installation dans les années 2000. Toujours dans cette recherche de rentabilité et de réduire son empreinte environnementale, de nouveaux projets sont lancés.

Alain Rodriguez, ingénieur spécialiste des flores adventices à l’Acta, apportera son regard sur le témoignage d’Alexis quant à sa démarche de réduction de l’utilisation des herbicides. Il reviendra sur les freins existants et les stratégies envisagées pour lever ces freins dans des situations où la pression adventice devient de plus en plus difficile à gérer.

 

Se remettre en cause

Dans un autre registre, bien souvent, les premiers freins à lever sont d’ordre psychologique. Remettre en cause sa façon de travailler n’est pas simple. Dans cette phase de réflexion, l’accompagnement, notamment en collectif, est souvent déclencheur de changements. Jean Marc Meynard, directeur de recherche Inrae/AgroParisTech, abordera la notion de verrouillage sociotechnique autour de l’usage des pesticides à travers ses études menées auprès d’agriculteurs et de conseillers. Ces travaux l’ont amené à proposer des voies de déverrouillage en développant des outils et méthodes à destination de ces acteurs du terrain.

Sur quels leviers agir ? C’est la question qui sera posée dans un second temps. Il peut être complexe de concilier performance économique et environnementale !
Surtout lorsqu’on est à la tête d’une exploitation de grande ampleur produisant essentiellement des cultures d’industries. Grégoire Lhotte, agriculteur à Venette (60), est responsable d’une exploitation agricole de plus de 900 ha. Engagé dans la réduction des produits phytosanitaires depuis 2009 via des MAE et notamment sur les herbicides, il viendra témoigner de son expérience. 

Culture phare en Hauts-de-France, la pomme de terre représente un enjeu majeur dans la réduction des fongicides. Néanmoins, le potentiel retrait de matières actives d’herbicides dans les prochaines années pourrait aboutir à une complexification du désherbage. Plusieurs essais de désherbage ont donc été menés en région par des conseillers spécialisés. Pré-buttage, matériels spécifiques de désherbage mécanique, un panel d’options est désormais possible ! Samuel Allexandre, conseiller à la Chambre d’Agriculture Nord-Pas-de-Calais interviendra à ce sujet. 

 

Des outils d’aides

Il existe aussi des outils interactifs pour concevoir des systèmes de culture moins dépendants aux herbicides : Odera système en est un. Cet outil de diagnostic développé et proposé par Agro-Transfert simule l’impact des pratiques agricoles sur la pression en adventices à l’échelle du système de culture. Jérôme Pernel, chargé de mission chez Agro-Transfert, nous présentera cet outil déjà testé au sein de certains groupes Dephy Ferme. 

À ce stade des échanges, nous pouvons espérer des solutions issues de l’agrochimie comme cela a été le cas depuis quelques décennies. Malheureusement, l’herbicide miracle efficace et sans impact environnemental n’est pas encore dans le «pipe» des agrochimistes, comme nous l’expliquera Xavier Reboud, chargé de mission de l’Inrae. Pire, les solutions alternatives aujourd’hui proposées ne sont pas toujours une panacée, par exemple sur les bilans de gaz à effet de serre. 

Alors faudra-t-il avoir des approches différenciées à la parcelle, voire intra-parcellaire en fonction des enjeux prioritaires identifiés zone par zone ? Dans les situations où la réduction d’usage des herbicides est jugée prioritaire, et en dehors de freins économiques qu’il faudrait lever, Aymeric Lepage et Mathieu Preudhomme, conseillers des Chambres d’agriculture de l’Aisne et de la Somme, nous donnerons l’état des avancées technologiques, et des pistes qui leur semblent les plus prometteuses en matière de capteurs, de drones, de laser et, bien sûr, de robotique.

Inscriptions ici

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde