Aller au contenu principal

Règlements de comptes à la campagne

Sécurité, partage des espaces, gestion et état des populations de gibier, valorisation de la venaison et, bien évidemment, un peu de politique ont animé les débats lors de l’assemblée générale de la fédération des chasseurs de la Somme, samedi dernier à Amiens.

Yves Butel, président de la fédération des chasseurs de la Somme et une partie d’un conseil d’administration quelque peu renouvelé pour un nouveau mandat de six ans.
Yves Butel, président de la fédération des chasseurs de la Somme et une partie d’un conseil d’administration quelque peu renouvelé pour un nouveau mandat de six ans.
© V. F.

Avec l’ouverture générale d’une nouvelle saison – elle est prévue cette année le dimanche 18 septembre –, l’assemblée générale de la fédération départementale des chasseurs de la Somme est l’autre temps fort de l’année cynégétique. Samedi dernier, dans l’auditorium de Mégacité à Amiens, environ 400 personnes y ont participé avec un ordre du jour ponctué lui aussi de plusieurs séquences. 

 

Plus de chasseresses

Les élections pour le renouvellement du conseil d’administration, tout d’abord ? Une simple formalité pour Yves Butel et son équipe de 15 membres qui ont été réélus avec un score de 97,39 %. Plusieurs personnalités, parmi lesquelles une dame, Aline Diruy, habitant Pierrepont-sur-Avre (Montdidier), ont à cette occasion fait leur entrée dans ce conseil. «Tout arrive, a ainsi déclaré le président Butel. Une femme dans notre conseil d’administration, c’est une première. C’est une obligation légale (issue de la dernière réforme de la chasse, ndlr), mais c’est aussi un plaisir. On est aujourd’hui à 30 % de femmes parmi les candidats au permis de chasser contre 10 % il y a encore quelques années.» L’excédent budgétaire de 218 581 € constaté sur le dernier exercice clos au 30 juin 2021 témoigne, quant à lui, d’une gestion «saine», selon son trésorier, Alex Pion. En nombre de porteurs du permis de chasser, «notre fédération va bien également, s’est réjoui Yves Butel. Nous n’avons pas perdu de chasseurs en 2021. C’est même le contraire puisque nous en avons gagné une centaine». 

 

Nouveaux dialogues

Dans la suite du discours du président de la FDC 80, une succession de bons et de mauvais points. Les anti-chasse de tous poils, d’abord : «Ce n’est pas en abolissant la chasse qu’on sauvera la planète», lance Yves Butel. Pour lui, le partage du calendrier, comme l’ont souhaité certains politiques est «une utopie». En lieu et place, il dit préférer la «cohabitation» avec les autres utilisateurs de la nature. Avec l’Office français de la biodiversité (OFB), «je me réjouis d’un retour à la normale des relations. Nous sommes repartis sur de bonnes bases». Le départ du directeur général de l’Office national des forêts (ONF) ?
«Une bonne chose, toujours selon M. Butel. Quand on sait que ce dernier avait confié à notre président national vouloir des forêts domaniales sans chasse, je suis satisfait de son départ et j’espère que son successeur saura apporter de la sérénité.» Avec le monde agricole, le patron des chasseurs de la Somme salue des relations «cordiales», «grâce au dialogue permanent et les efforts fournis par la fédération en matière de prévention des dégâts de grand gibier». «Sans cela, affirme M. Butel, le sanglier ne serait plus toléré.» Lors de la dernière saison, on estime qu’il s’en est tué 4 000. L’inquiétude des prochains mois porte sur le volet indemnisation des dégâts imputables à la grande faune sauvage et l’augmentation du cours des céréales que pourrait provoquer le conflit russo-ukrainien. 

Craignant un impact sur les populations de petit gibier, Yves Butel s’est ému de la levée (même temporaire) de l’obligation de mettre en place des jachères, ainsi que du développement non maîtrisé de la méthanisation. «Développer la méthanisation est en soi une bonne idée, mais il faut trouver des solutions pour que ce ne soit pas fait à n’importe quel prix», défend le président de la FDC 80. Enfin, l’autre menace pour le petit gibier vient de la progression de la grippe aviaire. Avec elle, l’activité d’un certain nombre de professionnels de l’élevage de gibier serait déjà en pointillés. Sur le terrain, si la situation de la perdrix grise inquiète, celle du faisan et du lièvre apparaît meilleure, mais néanmoins fragile. 

 

Ouverture vers le grand public

En ce qui concerne le déroulement de la prochaine saison, «il n’y aura pas de changement majeur, juste quelques aménagements», a déclaré de son côté Jean Pilniak, secrétaire général. Après avoir souligné le succès de l’opération «Hauts-de-France Propres» et «Les chasseurs ont du cœur», la fédération des chasseurs a fait le point sur son projet de centre de valorisation de la venaison ; lequel devrait ouvrir ses portes prochainement : «Le projet avance bien. Nous terminons la construction au sous-sol du siège de la fédération, a dit Yves Butel. Cela va nous permettre d’améliorer nos formations sur ce thème, mais aussi d’aller plus loin.» Et devenir ainsi un nouvel outil de communication pour un loisir confronté au besoin de se réinventer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde