Aller au contenu principal

Relations commerciales : l'urgence pour les filières d'élevage

Distributeurs et producteurs se sont réunis pour discuter de leurs relations au sein des filières.

L’équation est impossible en apparence : concilier la hausse des prix des coûts de production alimentaires et la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. Tel est pourtant le problème que doit résoudre le gouvernement s’il veut éviter une hémorragie d’emplois dans l’industrie agroalimentaire ou un ralentissement drastique de la consommation. La solution : décrisper et assouplir les relations commerciales, multiplier les occasions de négociation et d’abord régler les situations d’urgence.
C’est ce qui a été présenté le 21 novembre à l’occasion de la rencontre au ministère de l’agriculture entre distributeurs, producteurs et transformateurs sous la houlette de trois ministres : Stéphane Le Foll (agriculture et agroalimentaire), Benoît Hamon (économie sociale et solidaire et consommation) et Guillaume Garot (agroalimentaire).
Première mesure annoncée, un plan d’urgence pour «gérer la répercussion des prix sur les coûts de production» dans les filières élevage, notamment le porc et la charcuterie, et trouver des solutions d’ici la fin de l’année pour éviter une crise majeure dans ces secteurs. De façon générale, une mission conjointe de l’Inspection générale des finances et du conseil général de l’agriculture va être lancée et rendra ses conclusions d’ici mai 2013. L’objectif étant de faire des propositions pour la loi d’avenir sur l’agriculture et la loi sur la consommation. Quatre groupes de travail pilotés par Alain Berger, le délégué interministériel à l’agroalimentaire, seront mis en place: un sur la volatilité des matières premières, un sur la contractualisation tout au long de la filière, un sur les modalités de répercussion des variations des prix des matières premières en aval et un dernier sur des outils pour faciliter les négociations.

Pas de modification de la LME
A plus longues échéances, il n’a pas été décidé de modifier la Loi de modernisation de l’économie (LME) qui régit les relations commerciales mais de l’appliquer plus strictement.
Pour le président de la Fnsea, Xavier Beulin, cette table ronde n’est pas très satisfaisante : «je suis déçu de la position de la grande distribution qui nous dit une fois de plus : circulez il n’y a rien à voir ! Nous, industriels et agriculteurs, on nous dit débrouillez-vous, on ne veut pas en entendre parler, les prix à la consommation ne doivent pas bouger. C’était une façon assez peu élégante de nous associer au débat».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde