Aller au contenu principal

Rémunérer et valoriser les services environnementaux

Le 25 avril, la FNSEA et Imagin’Rural ont officiellement lancé la marque Epiterre.

© D. R.

«Les agriculteurs sont acteurs de la biodiversité. Nous devons parler plus de ce que nous faisons de bien», a constaté Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, le 25 avril, à l’occasion du lancement officiel de la marque Epiterre. Lancée en partenariat entre la FNSEA et Imagin’Rural, cette solution clé en main, pour répondre aux enjeux environnementaux, propose aux entreprises et aux collectivités, par le biais de prestations pour services environnementaux, de construire des partenariats locaux avec les agriculteurs, pour développer et protéger la biodiversité contre rémunération.
Elle doit ainsi permettre de favoriser, mais aussi de valoriser les actions menées par le monde rural en faveur de la biodiversité. «Avec Epiterre, nous parlons en bien de ce que font les agriculteurs», se félicite Marc Didier, trésorier d’Imagin’Rural. Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA, précise qu’Epiterre s’appuie à la fois sur un réseau de plus de deux cent mille agriculteurs dans quatre-vingt-dix-huit départements, sur les compétences juridiques de la FNSEA et celles écologiques et agronomiques d’Imagin’Rural.

Projets territoriaux
Ainsi, les clients, privés ou publics, ainsi que les agriculteurs, qui souhaitent développer un projet environnemental sur le territoire, peuvent contacter le guichet unique d’Epiterre. Après un diagnostic et une écoute des attentes et des besoins, l’équipe co-construit, avec les acteurs de terrain, un projet clé en main, avec un cahier des charges qui prévoit la nature des actions, les obligations, la rémunération et les critères d’évaluation. Les projets doivent ainsi se construire à l’échelle locale pour s’ancrer dans les territoires. «Il y a cent modèles agricoles, et donc mille manières de protéger la biodiversité», souligne Christiane Lambert.
Pour André Bonneau, président d’Imagin’Rural, il s’agit ainsi de remettre l’humain au centre du dispositif. «Nos réseaux et notre savoir-faire nous permettent d’être à l’écoute des paysans, et de remettre ainsi les agriculteurs au cœur de la biodiversité», explique-t-il. Il ajoute que pour valoriser et développer ces services, il ne faut pas opposer économie et biodiversité. «Nous pouvons protéger l’environnement, tout en gagnant notre vie», conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde