Aller au contenu principal

Rémunérés pour services environnementaux

La FNSEA et Imagin’rural ont lancé, le 5 mars, la marque Epiterre, qui propose aux entreprises et aux collectivités locales de construire des partenariats avec les agriculteurs pour valoriser des services environnementaux.

© D. R.

Le 5 mars, la FNSEA et Imagin’rural ont signé une convention pour sceller un partenariat commercial autour de la marque Epiterre. Cette signature concrétise plus d’un an de travail pour définir les termes de ce partenariat et préciser le mode d’action de la marque. Elle doit donc, en alliant les compétences juridiques de la FNSEA, et celles techniques d’Imagin’rural, offrir des prestations environnementales à la carte afin de proposer des projets de territoires construits par des experts et réalisés par des agriculteurs, qui seront rémunérés pour ces services grâce à des «contrats pour services environnementaux».
L’alliance des deux entités permet à la marque de s’appuyer sur un réseau de plus de 200 000 agriculteurs, présents dans 98 départements, pour animer les actions et travailler sur le terrain. «Avec Epiterre, nous sommes en mode projet pour préserver la biodiversité», apprécie Hervé Lapie membre du bureau de la FNSEA. «Les agriculteurs seront des porteurs de projets environnementaux et seront rémunérés pour leurs actions», précise Kristell Labous, consultante en services environnementaux à la FNSEA.

Un concept attendu
«Ce concept était attendu en département, on le ressent dans les débats sur le terrain. Les agriculteurs ont la volonté d’être acteur de la préservation de l’environnement», souligne Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.
Ainsi, les entreprises qui veulent compenser l’impact écologique de leur projet ou encore les collectivités locales qui souhaitent restaurer les continuités écologiques de leur territoire et valoriser leurs espaces en lien avec les agriculteurs (investir dans la protection d’espèces protégées, lutter contre le changement climatique, prévenir les inondations…) pourront donc faire appel à Epiterre qui propose, notamment, de réaliser des diagnostics environnementaux et territoriaux, de mobiliser et de concerter des agriculteurs et des acteurs locaux, d’élaborer un programme de contractualisation avec la maîtrise d’ouvrage et les agriculteurs, de rédiger et de souscrire des contrats avec les agriculteurs, mais aussi d’animer le projet sur le territoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde