Aller au contenu principal

Rentrée de Coop de France : à Paris les charges, à Bruxelles les prix

Pour sortir de la crise qui frappe les productions animales, le président de Coop de France en appelle à Bruxelles pour déclencher l’intervention publique, et à Paris pour réduire les charges qui plombent la compétitivité des filières.

Philippe Mangin déplore le manque de réactivité de la Commission européenne pour déclencher l’intervention publique, y compris lors du Conseil des ministres européens du 7 septembre à Bruxelles, qui s’est déroulé sous la pression des agriculteurs.
Philippe Mangin déplore le manque de réactivité de la Commission européenne pour déclencher l’intervention publique, y compris lors du Conseil des ministres européens du 7 septembre à Bruxelles, qui s’est déroulé sous la pression des agriculteurs.
© AAP

«Il n’y a pas de solution franco-française à la revalorisation des prix», a martelé Philippe Mangin, le président de Coop de France, le
10 septembre à Paris. Après avoir fustigé l’attitude du Premier ministre, Manuel Valls, «qui a demandé au ministre de l’Agriculture de maintenir la pression sur les entreprises». Bref, «les pouvoirs publics ne peuvent se défausser sur les acteurs économiques pour obtenir une revalorisation des prix».
Qu’il s’agisse des 1,40 € /kg pour le porc, des 340 €/t pour le lait ou de la revalorisation de 20 cts/kg de la viande bovine, Paris ne peut imposer un prix plus élevé que la concurrence étrangère. A moins d’accepter un creusement des pertes dans les entreprises, surtout quand une partie de la production est exportée. Et de dénoncer la chasse aux industriels qui ne joueraient pas le jeu alors que les distributeurs seraient devenus plus vertueux.
Pour le président de Coop de France, le niveau des prix à la production relève d’abord des autorités communautaires, et notamment des mécanismes de gestion des marchés, notamment pour le lait. A ce sujet d’ailleurs, il considère que la Commission européenne a sous-évalué les effets de l’embargo russe sur les marchés, et il déplore son manque de réactivité pour déclencher l’intervention publique, y compris lors du Conseil des ministres européens du 7 septembre à Bruxelles, qui s’est déroulé sous la pression des agriculteurs. Jusqu’à présent la Commission de Bruxelles n’a pas pris conscience de la gravité de la crise qui frappe les éleveurs.
En revanche, la question de la compétitivité de l’agriculture dans son ensemble est de la responsabilité de Paris, a insisté Philippe Mangin. Il pointe les écarts de coût de main-d’œuvre entre la France et l’Allemagne qui subsistent toujours malgré ce qui est dit. «Nos voisins utilisent toujours de la main d’œuvre-détachée sur laquelle ils payent les cotisations sociales du pays d’origine». En outre, le Smic en Allemagne se met en place progressivement et n’a pas atteint encore le niveau français.

Distorsions de concurrence
Le président déplore également la fiscalité française, qui est complètement inadaptée à la volatilité des prix et des revenus. «Les agriculteurs ne peuvent pas faire des provisions comme les entreprises et l’utilisation de la DPA est très compliquée», observe-t-il. Autres distorsions, les normes et la fâcheuse tendance de l’administration française à sur-transposer les règles communautaires.
Au bout du compte, l’excès de réglementation «a retardé la modernisation de l’agriculture et de l’élevage en particulier, que nous payons aujourd’hui», estime Philippe Mangin. A cela s’ajoute l’insuffisance de structuration des filières, pour laquelle Coop de France ne cache pas la responsabilité des professionnels.

Philippe Mangin tire sa révérence

Après quinze ans de bons et loyaux services à la présidence de Coop de France, Philippe Mangin a indiqué qu’il ne serait pas candidat à sa succession, lors du congrès électif des 16 et 17 décembre. «Je ne me sens ni fatigué, ni usé, mais quinze ans, c’est beaucoup. Il faut penser au renouvellement des générations pour libérer de nouvelles énergies», a-t-il indiqué.
A l’occasion de ce congrès qui verra l’arrivée d’un nouveau président, Coop de France adoptera son projet stratégique pour 2016-2020 qui mettra «la compétitivité et la conquête de valeur au centre des préoccupations des coopératives», a indiqué le président.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde