Aller au contenu principal

Situation laitière
Rentrée difficile pour les producteurs de lait

Les réactions de Dominique Dengreville et Olivier Thibaut, président et secrétaire général de l’Uplp.

Dominique Dengreville : «si le moral des producteurs de lait n’est pas bon,  j’ai toute confiance dans leur capacité de réaction».
Dominique Dengreville : «si le moral des producteurs de lait n’est pas bon, j’ai toute confiance dans leur capacité de réaction».
© AAP

Le moral des Français est, selon les sondages, au plus bas. Que dire de celui des producteurs de lait ? Pas fameux lui non plus. Habituellement il suit l’évolution du prix du lait. Même si celui-ci est en retrait par rapport à 2011, cela ne semble pas être le fond du problème. Le vrai problème ce sont les charges et notamment les prix du tourteau de soja, 600 € la tonne actuellement, annonce-t-on. Presque doublé en un an.
Pour Olivier Thibaut, secrétaire général de l’Uplp, «on peut comprendre l’inquiétude des producteurs de lait. Nos exploitations laitières sont des entreprises comme les autres. Elles doivent dégager du revenu. Sauf à disparaître. Et dans notre département on peut se comparer à d’autres productions. Et actuellement il n’y a pas photo avec les céréales. On nous dira de surveiller nos coûts de production, c’est certain que cet hiver il va se distribuer moins de soja et la production risque d’en pâtir. En toute logique nous devrions pouvoir répercuter ces hausses sur le prix du lait».

«Réagir sur la partie du lait valorisée en France»
Propos partagés par Dominique Dengreville, président de l’Uplp: «On savait que le prix du lait allait être soumis à des fluctuations. Malheureusement ce n’est pas à Chicago ou en Argentine que l’on va pouvoir régler le problème. Les charges c’est une chose, le prix du lait c’en est une autre. Même si grosso modo 50 % du lait payé aux producteurs de lait français est en prise directe avec les marchés mondiaux des produits industriels, c’est sur place qu’il va nous falloir réagir : sur la partie valorisée en France en produits de grande consommation. D’abord auprès de nos entreprises laitières qui doivent répercuter des hausses auprès de la distribution. Or, j’apprends que Sodiaal fait exactement l’inverse. Je pense que ses adhérents ne resteront pas sans voix. Ce qui me gêne c’est la réaction en chaine que cela risque d’entrainer auprès des autres entreprises.
Ensuite n’oublions pas que ces produits de grande consommation sont vendus dans les grandes surfaces de nos communes ou cantons, là où nous faisons nos courses. Je pense qu’il est largement temps que la Distribution arrête de nous saigner.
De crise en crise elle augmente ses marges. Si le moral des producteurs de lait n’est pas bon, j’ai toute confiance dans leur capacité de réaction. Et il est probable que d’ici quelques jours nous soyons amenés à intervenir dans le département. La rentabilité, nous irons la chercher là où elle est !».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde