Aller au contenu principal

Retour aux urnes pour les planteurs de Saint Louis Sucre

Les planteurs livrant à la sucrerie de Roye (SLS) ont jusqu’au mercredi 30 juin pour participer à l’élection de leurs représentants au sein d’une commission interprofessionnelle. 

Avec le recul d’une année de fonctionnement, son président Guillaume Moizard estime aujourd’hui que la commission interprofessionnelle de Roye  a «bien fonctionné».
Avec le recul d’une année de fonctionnement, son président Guillaume Moizard estime aujourd’hui que la commission interprofessionnelle de Roye a «bien fonctionné».
© SLS

Quel sera le taux de participation des planteurs à la désignation de leurs représentants au sein de la commission interprofessionnelle (CI) de l’usine de Roye ? Du côté des candidats, on l’espère en tous cas plus importante que pour le premier tour des élections régionales… Président sortant de cette commission, Guillaume Moizard appellerait encore en ce milieu de semaine les quelque 1 500 producteurs à s’exprimer : «Qu’on le veuille ou non, il faut reconnaître que la commission interprofessionnelle est un outil intéressant pour établir des passerelles entre l’industriel et les planteurs». Au sein de cette commission, il y parle de tout, «sauf du prix de la betterave» qui fait l’objet de discussions au sein d’une autre commission, la Commission de répartition de la valeur (CRV). Plus précisément, il y est question du suivi de l’accord interprofessionnel, de l’application des décisions prises au sein de la CRV et de veiller aux modalités définissant les règles de l’échelonnement, du planning des livraisons, des modalités de déterrage, de protection des silos ainsi que du suivi des réceptions. 

 

12 sièges à pourvoir 

Élu président de la CI de l’usine de Roye l’an dernier, Guillaume Moizard figure à nouveau sur la liste soutenue par la CGB, au côté de onze autres candidats. Ces candidats sont répartis en trois secteurs géographiques, couvrant les trois départements picards : Bertrand Dupré, Cyrille Dupuy, Olivier Gourlin, Alexandre Pointin sont les candidats de la Somme ; Éric Debrye, Jean-Pierre Josselin et Mathieu Sainte-Beuve représentent les planteurs de l’Oise ; Hubert Compère et Maxime Ternynck complètent la liste en représentant le département de l’Aisne. Face à eux, des candidats d’une autre organisation, Avenir Sucre, se présentent également. Lors des dernières élections pour la représentation des planteurs au sein de la CI, la CGB avait remporté 8 des 12 sièges, laissant à Avenir Sucre un poste dans la Somme et trois dans l’Oise.

Avec le recul d’une année de fonctionnement, Guillaume Moizard estime aujourd’hui que la commission interprofessionnelle de Roye a «bien fonctionné». «Tout le monde a joué le jeu», assure-t-il alors que l’on se souvient que le contexte n’était pas des plus faciles. Être soutenu par la CGB est également un «avantage» : «La CGB est une vieille maison, de 100 ans, qui permet aux planteurs et à leurs représentants de bénéficier d’une expertise et d’une reconnaissance.» «Quand il a fallu aller défendre le dossier des NNI au ministère, c’est la CGB qui est allée au front, appuyée par d’autres organisations.» La contrepartie à cette expertise, «c’est la cotisation qu’il faut régler», défend M. Moizard. 

 

Une procédure simple

Que ce soit au sein de l’organisation syndicale, comme des différentes commissions, l’agriculteur attend un sursaut de motivation : «Quand on s’investit dans une structure telle qu’une CI ou un syndicat, c’est une façon de montrer notre attachement à notre métier et de participer à un effort collectif. Cela permet aussi de rencontrer d’autres personnes, d’être informé». Face à un industriel privé, l’animation des commissions interprofessionnelles et de répartition de la valeur prend un sens tout particulier : «Planteur et industriel ont besoin l’un de l’autre. Il faut montrer à l’industriel que nous sommes à ses côtés, vigilants, mais avec lui pour assurer la pérennité de la filière.» En ce qui concerne la désignation des planteurs, «c’est relativement facile, décrit Guillaume Moizart. Puisque tout est fourni». Le résultat du vote sera connu à l’issue d’un dépouillement qui aura lieu le lundi 5 juillet, à Amiens.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde