Aller au contenu principal

Retrouver le chemin du bon sens dans les normes agricoles

Après avoir présenté au Sénat le rapport dont il est rapporteur, Daniel Dubois revient en détail sur ses propositions, et livre une analyse personnelle du sujet.

Daniel Dubois prône le dialogue, et une forme de management politique.
Daniel Dubois prône le dialogue, et une forme de management politique.
© AAP


Le sujet est un véritable serpent de mer en agriculture : en vingt ans, chaque ministre de l’Agriculture s’est fendu à sa prise de fonction d’une tirade sur la simplification, avant que son successeur ne dresse un tableau empiré de la situation. Comment sortir de cette incessante spirale des normes dont on dit souvent qu’elle tue l’agriculture ? C’est la tâche à laquelle se sont attelés Daniel Dubois (rapporteur), Gérard Bailly (président du groupe de travail) et sept de leurs collègues sénateurs.

Un constat lucide
Le premier temps est celui du constat et là, les chiffres sont hallucinants : plus de 15 000 normes concernent de près ou de loin l’agriculture. Un ordre de grandeur qui explique à lui seul le sentiment d’overdose. Mais paradoxalement, les agriculteurs n’y sont pas hostiles ! Parfois même, ils les créent eux-mêmes, notamment avec les cahiers des charges des labels et AOC. Ce qui exaspère, c’est la surenchère, l’emballement, l’accumulation ou le changement permanent. A ce propos, Daniel Dubois pointe le fait «qu’en France nous n’évaluons jamais les effets de nos décisions, ni après leur application, ni avant dans le cadre d’une expérimentation». Et dès lors de proposer que toute norme soit construite avec obligatoirement une phase de construction en associant systématiquement la profession, qu’une analyse d’impact économique soit réalisée, qu’une expérimentation soit mise en œuvre et qu’une évaluation soit réalisée dans un délai de trois à cinq ans après mise en œuvre avec abrogation des dispositions ayant un effet négatif.

Rien que l’Europe
L’autre faille pointée par le sénateur vient de la surtransposition chronique des directives européennes. «On les transpose en augmentant le niveau de contrainte ou de complexité, ce qui fait qu’au final, elles font perdre de la compétitivité (cas des ICPE), elles sont incompréhensibles ou mal vécues (rigidité des déclarations Pac), ou qu’elles aboutissent à une impasse (règles sur les prairies…); sans compter que leur complexité rend l’application subjective, difficile à interpréter pour les administrations dont les décisions sont trop souvent attaquées.

Donner de la légitimité à la demande
Le sénateur en est convaincu, apporter une méthode pour alléger le poids des normes (et pas seulement en agriculture) est un enjeu politique majeur : «c’est un sujet sur lequel on est au bord de la rupture avec les citoyens. Le prochain gouvernement, quel qu’il soit, ne peut pas le sous-estimer». Ensuite, il faut une légitimité à la démarche. «Nous devons faire adopter un plan de simplification par le Conseil supérieur d’orientation de l’économie agricole et agroalimentaire avec des objectifs chiffrés. Ce plan doit être opposable aux autres ministères, et un rendu annuel doit être fait au Parlement pour en assurer l’efficacité et le suivi».

La clé est dans le dialogue
Les points clés de la démarche de Daniel Dubois sont d’un côté la légitimité de la démarche, qui doit être engagée au bon niveau. Il parle d’ailleurs du «management politique, pour faire vivre le plan de simplification comme un plan d’entreprise. Ensuite, un élément clé est l’association de la profession. En associant la profession, on évite de mettre en œuvre des normes applicables. Le ministre de l’Agriculture essaie en général de le faire, ce n’est pas le cas des autres. Du coup sans associer, sans entendre les messages de la profession, sans évaluer ou tester avant de généraliser, on arrive inéluctablement à un rejet. Dans le pire des cas, les normes peuvent n’avoir aucune acceptabilité, et même devenir le produit d’une minorité hostile. Cela suit les mêmes principes que les débats entre urbains et ruraux. Nous devons vivre ensemble, et pour cela, nous devons nous entendre, faute de quoi tout devient clivant». Un sentiment que bon nombre d’agriculteurs partagent aujourd’hui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde