Aller au contenu principal

Revenu des exploitations d'élevage : détérioration en allaitantes, timide amélioration en laitières

Le revenu des exploitations allaitantes se détériore de nouveau

« Le revenu disponible des exploitations allaitantes connaît une baisse marquée dans le Grand-Ouest et le bassin allaitant, mais une petite hausse en montagne » constate l’Observatoire de l’endettement et des trésoreries des élevages bovins, piloté par l’Idèle dans une publication du 24 juillet. Toutefois, il « reste faible sur les trois zones : 16 600 € annuels par UTH familiale en moyenne ». En effet, l’augmentation des charges, notamment de structures et alimentaires, face à un produit brut stable depuis trois ans, entraîne une baisse de l’EBE dans le Grand-Ouest et dans le bassin allaitant. De plus, quelle que soit la zone étudiée, le revenu disponible ne « permet pas de dégager de marge de sécurité suffisante et ce malgré des prélèvements privés toujours restreints », observe l’Idèle. Ainsi, 17 % des exploitations étudiées sont en situation critique, c’est-à-dire sans aucune trésorerie et endettées à moyen et long terme, avec de fortes disparités régionales : 36 % rien que dans le Grand Ouest, 16 % en zone de montagne et 8 % dans le bassin allaitant.

Le revenu des exploitations laitières s’améliore mais la situation reste précaire

« Le revenu disponible des exploitations laitières s’améliore en 2017 pour la première fois depuis 2014 », constate l’Observatoire. En effet, la hausse du prix du lait « permet une augmentation du produit brut et de l’EBE malgré une hausse des charges, notamment alimentaires ». Toutefois, la récente crise a laissé des séquelles et le revenu disponible « demeure relativement faible à moins de 20 700 € par UTH familiale en moyenne » et « il faudra plusieurs années de meilleure conjoncture pour que les exploitations retrouvent une situation financière saine », observe l’Idèle. De nombreuses exploitations sont toujours en situation difficile : 42 % des exploitations du Grand Ouest et 22 % en Montagne ne disposent pas de trésorerie et sont endettées à long et moyen terme. La situation des exploitations du Grand Ouest, en particulier, demeure préoccupante avec « aucune marge de sécurité » et des emprunts « utilisés pour refinancer les investissements passés ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde