Aller au contenu principal

Rhinopneumonie : les chevaux confinés eux aussi

Une épidémie de rhinopneumonie touche des chevaux dans plusieurs départements situés aux portes des Hauts-de-France. Point de situation et précautions à prendre. 

Des cas de rhinopneumonie sous la forme respiratoire sont signalés chaque année. Ce qui est exceptionnel cette fois,  c’est que la maladie se déclare sous la forme nerveuse.
Des cas de rhinopneumonie sous la forme respiratoire sont signalés chaque année. Ce qui est exceptionnel cette fois, c’est que la maladie se déclare sous la forme nerveuse.
© Alix Penichou

C’est en Espagne, à Valence, sur un site qui accueillait plusieurs centaines de chevaux à l’occasion d’une compétition internationale début février, que le virus serait apparu. Fièvre, puis difficultés respiratoires et parfois neurologiques : la myeloencéphalite - EHV1, communément appelée rhinopneumonie, fait rage. Pendant la compétition, le soigneur Bastien Houel a assisté à des scènes de chaos. «Les vétérinaires n’arrêtaient pas, du matin au soir. Ils étaient en train de donner des soins à un cheval et on en entendait un autre 10 mètres plus loin en train de se débattre. Le cheval était couché par terre avec les membres en l’air entrain de pédaler dans tous les sens», raconte-t-il au micro d’Europe 1. À ce jour, dix chevaux sont morts, indique le Réseau d’épidémio-surveillance en pathologie équine (Respe) dans son dernier communiqué daté du 9 mars. Aucun sur le territoire français. 

Pour ralentir la progression du virus, la FFE (Fédération française d’équitation) a décidé de suspendre toutes les compétitions nationales et internationales jusqu’au 28 mars. La règle est désormais prolongée jusqu’au 11 avril. En France, on dénombre une quinzaine de foyers confirmés dans des écuries de chevaux rentrant de Valence, dans les départements du Calvados, Charente-Maritime, Corrèze, Gironde, Haute-Savoie, Hérault, Indre et Loire, Manche, Mayenne, Rhône, Seine-et-Marne, d’autres sont en cours d’investigation dans d’autres départements. 

En Hauts-de-France, on est également sur le qui-vive. «Quelques écuries de la région participaient au concours espagnol en question et se sont mises en quarantaine. En attendant, toute compétition et tout rassemblement est interdit. Nous avons annulé tous les stages», assure Édith Cuvelier, présidente du CRE (Comité régional d’équitation) Hauts-de-France. Le comité conseille également fortement aux propriétaires d’équidés qui ont leurs chevaux chez eux de ne pas les transporter dans d’autres écuries. La filière est habituée à la rhinopneumonie, puisque des cas sont signalés chaque année. «La maladie se manifeste sous trois formes : respiratoire, la plus fréquente, nerveuse et abortive. Ce qui est exceptionnel cette année, c’est que c’est la forme nerveuse, beaucoup plus rare, qui s’est déclarée.»

La vaccination… 

La vaccination contre les herpèsvirus existe bien pour les chevaux, bien qu’elle ne soit pas obligatoire, y compris pour les concours internationaux. Le vaccin n’est pas efficace à 100 % mais «même si des chevaux correctement vaccinés ont pu montrer des signes cliniques, notamment neurologiques, la vaccination reste une mesure efficace de lutte collective contre la maladie», assure le Respe. Pour l’animal vacciné, elle permet d’en limiter les symptômes, principalement pour les formes respiratoires et abortives, et surtout la quantité de virus excrétés. Pour l’ensemble de la population équine, la vaccination limite donc la diffusion de la maladie et sa circulation au sein des groupes. 

Des recommandations s’appliquent à l’ensemble de la filière, toutes activités confondues. Il est conseillé pour les chevaux déjà vaccinés, en bonne santé, n’ayant pas été en contact avec des foyers, dont le rappel vaccinal remonte à plus de six mois, de procéder à un rappel. Pour les chevaux non vaccinés et non exposés, une vaccination peut également être envisagée, mais n’aura que peu d’effets en pleine épizootie. Pour les chevaux exposés qui peuvent être en phase d’incubation, la vaccination est déconseillée et n’aurait que peu d’effets. 

 

… et les gestes barrière

En cas de suspicion, «il est important d’isoler, autant que faire se peut, les chevaux suspects, de limiter les mouvements de chevaux dans et hors de la structure et de suivre la température de ces animaux pendant au moins une semaine (période d’incubation)», conseille le Respe. Il convient, enfin, de contacter un vétérinaire pour qu’il examine ces chevaux. 

Pour Édith Cuvelier, le contexte lié à la pandémie de Covid-19 présente un avantage (il en faut bien un) : «les gens sont désormais habitués aux gestes barrière et ils prennent vite de bons réflexes avec leurs chevaux». Il est conseillé de se laver les mains entre chaque manipulation de cheval et de ne pas mélanger le matériel (pansage, harnachement…). Bref, de limiter tout contact direct ou indirect entre les chevaux. 

 

Les cavaliers pro à pied 

«Nous n’avons qu’une peur : que la situation de crise se prolonge, et que les concours ne puissent pas reprendre», appréhende Franck Vancrayelynghe, cavalier professionnel de saut d’obstacles installé à Corbie. Dans son écurie de compétition, les soixante-dix chevaux, dont une trentaine de propriétaires et une quarantaine en valorisation et commercialisation, ne font plus que de répéter leurs gammes à domicile. Plusieurs de ses chevaux participaient au circuit espagnol de saut d’obstacles, mais aucun n’a contracté la maladie. «Tous sont vaccinés, et j’ai fait faire un rappel de tous ceux dont le vaccin datait de plus de six mois.» 
Pas de problème de santé, donc. Mais la trésorerie trinque. «Avec les mesures liées au Covid-19, les compétitions de niveau amateur, auxquelles participent nos clients, sont de toute façon annulées. Mais les épreuves pro et jeunes chevaux avaient toujours lieu. Nous comptions dessus.» Cinq chevaux de quatre ans ont déjà été retirés de l’écurie par leur propriétaire, faute de pouvoir les valoriser en concours. Deux autres doivent partir la semaine prochaine. La commercialisation des chevaux plus vieux est retardée. Les stages animés dans des écuries qui faisaient venir des cavaliers extérieurs sont annulés. Idem pour les sorties d’entraînement qui étaient prévues avec les clients propriétaires. Une épidémie en cache une autre, et les impacts sont décuplés.

 

Des règles différentes selon les disciplines

L’activité de valorisation et de commercialisation  de chevaux d’Alice (photo) et de son père  Franck Vancrayelynghe, installés à Corbie, est à l’arrêt, faute d’annulation de concours. 
Les annulations de rassemblements et de compétitions ne concernent que les disciplines sportives. Mais la cellule de crise maintient que les mesures sanitaires de prévention en annexe doivent s’appliquer à l’ensemble de la filière, plus particulièrement aux rassemblements équestres ne relevant pas de la fédération. Elle recommande de suspendre jusqu’à nouvel ordre  les warm’up et autres rassemblements de cavaliers, y compris randonnées et chasses à courre qui sont un point d’extrême vigilance.
Les courses Trot et Galop, en revanche, sont maintenues à ce stade, «cette population d’équidés étant bien distincte de celle des chevaux de sport et aucun lien n’ayant été identifié avec l’Espagne», justifie le Respe. Des mesures strictes ont également été prises pour éviter tout contact avec des chevaux de sport sur le territoire national. Les chevaux de course sont, de plus, tous vaccinés (obligation depuis 2018).
La saison de monte se poursuit également. Des mesures de précaution doivent cependant être appliquées, notamment pour les centres de reproduction accueillant des chevaux de sport. Pour ceux-ci, la cellule de crise conseille vivement de suspendre leur accueil jusqu’à début avril.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde