Aller au contenu principal

Robiocoop, le héros qui prône le bio engagé et équitable

Pour mieux communiquer sur son engagement dans la construction des filières «bio équitables» sur le territoire, Biocoop met en ligne une série de vidéos à destination du grand public. L’humoriste Kamini y endosse le rôle de Robiocoop. Les légumes n’ont qu’à bien se tenir.

Biocoop a choisi Kamini pour mettre en avant ses engagements auprès  des producteurs bio. «C’est un gamin de chez nous qui s’intéresse au terroir.»
Biocoop a choisi Kamini pour mettre en avant ses engagements auprès des producteurs bio. «C’est un gamin de chez nous qui s’intéresse au terroir.»
© Biocoop

Du bio, oui. «Mais du bio équitable, avec toute la dimension sociale que cela sous-entend», assure Michel Dupuis, gérant des Biocoop de Soissons et de Saint-Quentin (02). Depuis leur création en 1986, les magasins biocoop vantent leur fonctionnement coopératif qui représente 20 % du commerce équitable français. «On fait un gros travail, mais peu de consommateurs en ont conscience.» 

«Nous voulons les sensibiliser davantage à notre mode de fonctionnement», souligne Véronique Cany, productrice de légumes bio à Heudicourt, engagée avec Biocoop depuis onze ans. L’humoriste régional Kamini leur paraissait le mieux placé pour cela. «C’est un gamin de chez nous qui s’intéresse au terroir et au bien manger.» Dans des vidéos de moins de trois minutes tournées dans des exploitations des paysans et paysannes associés, il fait la lumière sur l’organisation des Biocoop, avant de se transformer en Robiocoop, le super héros 100 % bio, avec ce slogan : «contre les pesticides, contre les herbicides, c’est lui le plus lucide.»

Premier point sur lequel Biocoop veut insister : ses liens avec les paysans et paysannes associés. «Nos prises de décision sont collégiales, nous, producteurs avons un vrai pouvoir. Nous prenons part aux décisions de la coopérative au même titre que les magasins, les associations de consommateurs et les sociétaires salariés», explique Véronique Cany. En Hauts-de-France, les quelques 250 exploitations qui travaillent avec Biocoop sont adhérentes des trois groupements de paysan.ne.s associé.e.s : Biocer (céréales et protéagineux), Biolait (lait) et Norabio (fruits et légumes). «Nous mettons en place des contrats tripartites avec le groupement et le fabricant. Ils garantissent notamment des volumes et un tunnel de prix équitables», assure Michel Dupuis. 

 

Du quinoa bio français

Les magasins se mouillent aussi dans la construction des filières. «Nous sommes engagés dans un vrai projet de société de développement agricole biologique. On crée et on garantit des débouchés en assurant la diversification de la production.» Un des exemples est le soutien à la création d’une filière quinoa bio français. «Pour ce produit, nous avions recours à de l’import uniquement. Cette diversification représentait un manque à gagner pour les producteurs, le temps de maîtriser cette nouvelle culture, que nous avons pris en charge. Aujourd’hui, on peut se féliciter de vendre du quinoa bio français dans nos magasins et d’assurer une rentabilité aux producteurs.» La lentille, la graine de courge et la moutarde ont bénéficié de ce même soutien pour une relocation de la production. 

 

Plus que bio, bio cohérent

Véronique Cany, engagée au sein de la Bioteam, un groupement d’agriculteurs bio de son secteur, peut en témoigner. «Biocoop a participé financièrement à la construction de notre centre de conditionnement des légumes.» Aujourd’hui, la coopérative lui offre aussi une sécurité financière pour développer les semences population de courges et de carottes. 

Grâce à ce filet, les producteurs peuvent pousser plus loin le bouchon de la bio. «On est engagé dans le label Bio cohérence, dont le cahier des charges va au-delà de celui du bio en France.» Une juste rémunération des salariés, chauffage des serres uniquement pour la production et l’élevage de plants, et interdiction de la pratique du chaponnage en élevage avicole en sont quelques exemples. 

 

Biocoop en chiffres

250 fermes régionales évoluent au sein de Biocoop 
3 groupements de paysans et paysannes associés en région : Biocer (céréales et protéagineux), Biolait (lait) et
Norabio (fruits et légumes), labellisés Bio équitable en France.
780 magasins en France
15 % du chiffre d’affaires du magasin est réalisé grâce aux produits locaux
20 % du commerce équitable français est réalisé par Biocoop
77 % des produits de marque Biocoop affichent le logo «Avec nos paysan.ne.s associé.e.s», qui garantit au moins 50 % des ingrédients issus de l’un des groupements
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde