Aller au contenu principal

Betteraves
Saint Louis Sucre bluffé par le robot FarmDroid

«Une innovation majeure dans les grandes cultures», c’est ainsi que Thomas Nuytten, directeur betteravier de Saint-Louis Sucre (SLS) qualifie le robot de semis et de désherbage FarmDroid qui était en démonstration fin de semaine dernière dans une parcelle de betteraves de l’est de la Somme.

Dans les champs du Santerre, il est plus discret que certains ensembles tracteur-semoir que l’on a l’habitude d’y croiser, mais la présence d’un robot autonome pour effectuer les semis de betteraves a fait son «petit» effet, fin de semaine dernière. Sur une parcelle d’Étienne Daudré, à Marché-Allouarde, le groupe sucrier Saint-Louis Sucre organisait une démonstration de semis de betteraves à l’aide du robot FarmDroid. De conception danoise, FarmDroid est importé sur le sol français par la société Stecomat. Pour ceux qui n’auraient pas encore croisé sa route, il se présente équipé d’un châssis monté de deux roues parallèles à l’arrière et d’une roue directionnelle à l’avant. L’entraînement est électrique grâce à deux batteries alimentées par quatre panneaux photovoltaïques. Grâce à ses batteries, il peut fonctionner 24h/24. En l’occurrence, milieu de semaine dernière, il avait ainsi continué son chantier dans la nuit du 23 au 24 mars, sans s’interrompre. Les conditions séchantes ne semblaient pas être une difficulté : «On a suffisamment préparé le sol pour trouver un peu d’humidité et permettre une bonne implantation de la graine», avançait Thomas Nuytten, directeur betteravier de Saint Louis Sucre. 

 

Recherche d’autonomie

Une fois le passage du robot effectué, se pencher sur le rang est la première chose que réalise le responsable de Saint Louis Sucre. Et de constater que «la graine est bien plombée avec une pression pneumatique, à une profondeur de 2,5 cm». Grâce au semis robotisé, «on a un rang homogène», remarque également M. Nuytten qui détaille le principe de géolocalisation de chaque graine : «La position de chaque graine est enregistrée par un système RTK pour être géolocalisée. Ces données sont stockées et serviront ensuite lors du désherbage.» Sur une surface d’un hectare, ce sont ainsi pas moins de 120 000 points qui seront enregistrés. Pour Thomas Nuytten, pas de doute, «il s’agit d’une vraie rupture technologique». Lorsque les trémies destinées à recevoir les semences sont vides, le robot s’arrête et envoie un signal d’alerte à l’agriculteur. Idem lorsque les conditions météo se dégradent. Il se met alors en veille avant de repartir une fois que l’horizon est dégagé. Pour paramétrer le robot, un smartphone suffit. 

En termes de rendement, on estime que le FarmDroid peut semer une surface de 6 ha en 24h. Pour le désherbage, on table sur «quatre à cinq hectares en 24h», selon Thomas Nuytten. Pour l’exploitant qui utilise ce type d’équipement, «c’est aussi un gain de temps et une économie de main-d’œuvre quand on connait les difficultés à recruter». Face à une telle efficacité, la tentation d’opter pour un modèle plus grand, plus large, mais donc aussi plus lourd existe. Problème, la réglementation ne le permet pas…, au grand dam du responsable de Saint Louis Sucre : «Techniquement, le constructeur nous assure qu’il peut aller au-delà de six rangs, mais le robot ne doit pas peser plus de 10 t et ne pas dépasser la vitesse de 10 km/h pour pouvoir être laissé seul dans une parcelle…» 

 

Réduction d’IFT

Lors de l’étape du désherbage, il suffira de remplacer les six éléments semeurs par six autres éléments désherbeurs. À la clé, une recherche de diminution des indices de fréquence de traitement (IFT) grâce au désherbage mécanisé via le robot plutôt qu’en ayant recours à un pulvérisateur. Des essais conduits sur l’une des fermes «Mont Blanc» de Saint Louis Sucre ont montré l’an dernier qu’il était possible de diminuer l’IFT de «70 %» selon les dires de Thomas Nuytten, «sans perte de rendement constatée par rapport à une conduite conventionnelle. Au final, il n’y a qu’un seul insecticide avant couverture». S’offrir la possibilité d’utiliser moins d’intrants n’a rien d’un luxe dans le contexte actuel : «Cela s’inscrit dans notre stratégie de transition vers l’agroécologie, commente le responsable de SLS. On apporte une solution technique dans un contexte de réduction des homologations de produits phytopharmaceutiques.»

 

Objectif décarbonation

Le robot que l’on a vu à l’œuvre la semaine dernière dans le Santerre reste la propriété de son distributeur en France, Stecomat qui le loue à Saint Louis Sucre, avec une option d’achat. L’industriel en dispose toutefois de deux autres en propriété, en fonctionnement dans le département de l’Eure. Sans attendre les résultats de la future récolte, Thomas Nuytten se montre très satisfait, enthousiaste et prêt à poursuivre le déploiement de ce genre d’outils. L’objectif ? «Montrer que Saint Louis Sucre est engagée dans la décarbonation de ses activités, indique le responsable betteravier de SLS. Avec ce robot, nous n’émettons plus de gaz à effet de serre pour le semis et nous avons la possibilité de la réduire considérablement pour le désherbage. C’est quelque chose auquel nos clients sont de plus en plus sensibles.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde