Aller au contenu principal

Saint Louis Sucre fait sa proposition de contrats

Les planteurs Saint Louis Sucre viennent de recevoir une enquête relative à la contractualisation de leurs betteraves pour 2017.

© AAP

Les présidents planteurs des commissions mixte des quatre usines du groupe ont écrit aux 4 510 planteurs du troisième groupe sucrier français pour apporter à la plaine un éclairage sur les propositions qui leurs sont faites.
Saint Louis Sucre propose une grille de prix des betteraves en fonction du prix du sucre, incluant une garantie de valorisation des pulpes de 2 €/t de betterave à 16. Cette grille part d’un prix du sucre de 450 €/t, Saint Louis Sucre expliquant qu’un tel niveau de prix est une hypothèse réaliste, ce que les représentants planteurs contestent et trouvent trop optimiste.
En effet, la campagne 2014-2015 a été caractérisée par une offre abondante de sucre avec, pour conséquence, des prix du sucre qui sont descendus à 400 €/t. Après la fin des quotas, du fait que de nombreux fabricants de sucre veulent augmenter leur production, l’offre sera surabondante et la concurrence féroce avec, pour conséquence, des prix du sucre vraisemblablement beaucoup plus proches de 400 € que de 450 €/t.
C’est pourquoi la grille ci-dessous est communiquée, complétée avec des prix de marché du sucre plus réalistes, indiquant les prix des betteraves avec et sans la valorisation des pulpes.
A titre d’exemple, pour la campagne 2014-2015, les betteraves du quota ont été payées 25,40 €/t hors pulpes alors que le prix moyen de vente des sucre du quota a été d’environ 400 €/t. Pour 2017, si le prix de marché est de 400 €/t, Saint Louis Sucre propose donc 4,37 € de moins (25,40 - 21,03), soit une perte de près de 400 €/ha. La part planteur passerait ainsi de 44 % à 35,6 % du prix du sucre.
Cette diminution injustifiée du prix des betteraves permettra au groupe Südzucker, auquel appartient Saint Louis Sucre, d’augmenter ses marges bénéficiaires au détriment du revenu des planteurs.

Betteraves additionnelles
Par ailleurs, Saint Louis Sucre propose aux planteurs des betteraves additionnelles un prix augmenté de 4 €/t par rapport à la grille ci-dessus. En réalité, le planteur devra payer sous forme mutualisée le transport des betteraves du silo à la sucrerie, soit un montant de l’ordre de 3,5 à 4 €/t de betterave. Les planteurs SLS seraient alors les seuls planteurs français à supporter les frais de transport sur une partie des betteraves. Les présidents des commissions mixtes, après avoir tout tenté dans les négociations, jugent la proposition très mauvaise.
Aussi recommandent-ils de ne pas souscrire de volumes additionnels compte tenu de l’introduction du principe de participation aux frais du transport des betteraves et de bien prendre en compte la forte baisse de rentabilité de toutes ces betteraves, qui résulte de la proposition de Saint Louis Sucre.

Réunions d’information
- Vendredi 15 avril à 10h, salle polyvalente de Noyers-Saint-Martin (60), 27 rue des Bouleaux
- Vendredi 15 avril à 14h30, salle des fêtes d’Hangest-en-Santerre (80), rue de l’Eglise
- Lundi 18 avril à 10h, salle de réunion SBO à Estrées-Saint-Denis (60), av. Maréchal Foch
- Mercredi 20 avril à 15h, salle JC Lamorinière à Villers-Saint-Christophe (02), rue des Bergers

Le syndicat betteravier reste à la disposition des planteurs pour toutes informations complémentaires.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde