Aller au contenu principal

Sana Terra : point sur les récoltes et les prix

La coopérative Sana Terra a organisé son assemblée générale, le 12 décembre dernier, à Rosières-en-Santerre.

De gauche à droite : Pierre Delignières, président de Sana Terra, et Jean-François Florin, directeur de la coopérative.
De gauche à droite : Pierre Delignières, président de Sana Terra, et Jean-François Florin, directeur de la coopérative.
© F. G.



C’est malheureusement souvent la même histoire. Quand la récolte est bonne et de qualité, sans accident climatique ici et dans les autres zones de production, les prix ne sont pas au rendez-vous. Ainsi en a-t-il été pour la récolte du blé de 2017 (155 000 t collectées) chez les coopérateurs de Sana Terra, avec des rendements, en moyenne, de 95 qx/ha, une teneur en protéines de 12,04 % et un poids spécifique autour de 78 kg/hl. 55 % de la collecte part en meunerie, essentiellement en Belgique et en France, le reste est destiné à la biscuiterie et à l’alimentation du bétail.
Si les prix du blé étaient bas, la coopérative les a cependant optimisés. Elle propose un prix final à 148,50 €/t, auquel est ajouté un euro de plus suite à la proposition de l’assemblée générale. «Dès la moisson, le conseil d’administration avait validé à 140 /t afin de ramener de la trésorerie dans les exploitations le plus vite possible, et ce, en dépit du risque potentiel que cela pouvait représenter pour la coopérative en raison des fluctuations du marché», rappelle Pierre Delignières, président de la coopérative Sana Terra.
Pour le colza, ce sont 8 600 t qui ont été collectées en 2017. «Si le colza se caractérise par de faibles emblavements, les rendements, eux, ont été supérieurs, en moyenne, à 50 qx/ha. On peut s’attendre à ce que les emblavements repartent à la hausse, surtout dans le Santerre, les surfaces de betteraves plantées après la fin des quotas étant confrontées à des prix bas», commente Pierre Delignières. Le prix du colza, après complément du prix de juin, a atteint les 350 €/t.
La culture du maïs devra, elle aussi, repartir à la hausse pour les mêmes raisons. La collecte 2017 s’est élevée à 4 000 t, avec un rendement moyen de 90 qx/ha. Le prix du maïs a été fixé à 155 €/t.
«Ce n’est pas une production significative chez nous, mais nous souhaiterions la développer, car le maïs est une bonne alternative aux cultures des céréales. Il n’y a aucun problème de désherbage et cette culture engendre un fort apport en matières organiques. Enfin, elle est peu gourmande en temps», précise Jean-François Florin, directeur de Sana Terra.
Parmi les autres cultures, considérées comme des niches par la coopérative, on trouve le pois marbré. 520 t ont été collectées en 2017. La production dédiée à l’oisellerie a été payée 300 €/t. «Il y a de réelles opportunités de marché pour cette culture, mais les pois sont difficiles à produire, car on n’arrive plus à faire des rendements, soit pas plus de 40 à 50 qx/ha», indique Pierre Delignières. Petite collecte aussi pour l’orge de brasserie de printemps, soit autour de 2 500 t, qui ont été payées en prix moyen à 175 €/t.

Acomptes fixés pour les récoltes 2018
La collecte, toutes cultures confondues, est stable. Des progressions ont été enregistrées en blé, soit autour de 3 % date à date, mais avec des rendements plus faibles. La qualité est, elle, au rendez-vous et les assolements sont stables. Aucun chiffre n’est cependant avancé, car «on fera les comptes à la fin», indique Jean-François Florin. L’acompte versé pour la moisson 2018 en blé s’élève désormais à 165 €/t, soit 15 € de plus de ce qui avait été défini dans un premier temps.
Les acomptes sont aussi revus à la hausse pour les orges, soit 160 €/t (+ 30 €), et le colza, soit 328 €/t (+ 8 €). «Nous lançons aussi nos engagements pour la récolte 2019. En ce qui concerne le blé, nous garantissons 20 % de la production à 175 /t minimum», tient à préciser Pierre Delignières.

Séparation du conseil et de la vente des phytos
Bien que l’on n’en sache toujours pas plus sur ce qui sera définitivement arrêté, après la nouvelle mouture présentée le 14 novembre, la coopérative Sana Terra  sait d’ores et déjà que «le conseil que l’on vendra, en volume, ne couvrira pas ce que l’on prélevait sur les phytos si l’on choisit cette option. Conséquence : cela remettra en question le modèle économique des coopératives. Ce sera également un chamboulement sur le plan humain et dans les exploitations», souligne Pierre Delignières. La question qu’il faudra alors se poser est la suivante : «Quels seront les besoins des agriculteurs demain ? Qu’on choisisse le conseil ou la vente, il faudra s’adapter. Cela passera par des coûts de fonctionnement en baisse»,  dit Jean-François Florin. D’où l’importance de travailler d’ores et déjà en optimisation avec les autres coopératives pour limiter la casse.

Chiffres clés

186 222 t : collecte 2017, toutes cultures confondues
155 000 t : collecte du blé en 2017, soit 81 % de la collecte totale
8 600 t : collecte du colza en 2017
4 000 t : collecte du maïs en 2017
67 M d’euros : c’est le chiffre d’affaires de Sana Terra
23 M d’euros : chiffre d’affaires approvisionnement, dont 10,5 M pour les phytos, 7,3 M pour les engrais, 2,3 M pour les semences et 2,4 M pour les plants de pommes de terre

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde