Aller au contenu principal

Sandrine Le Feur : «Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas»

Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à faire aboutir dans la loi climat – son examen a débuté devant l’Assemblée Nationale le lundi 29 mars – la redevance sur les engrais. Une mesure qu’elle insère dans un projet écologique plus large, misant sur l’agroforesterie, la déspécialisation, et la rémunération.

Pour vous, quel est l’enjeu de la loi climat pour l’agriculture ?

Le secteur agricole est l’un des secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre, mais c’est aussi le seul qui peut non seulement réduire ces émissions, et surtout stocker du carbone. Avec le label bas carbone mis en place par le gouvernement, la compensation carbone des entreprises par le financement de plantations d’arbres chez les agriculteurs pourrait rentrer dans les mœurs. 

 

L’arbre, et l’agroforesterie, semblent justement plutôt absents de ce projet de loi ?

Il y a eu un grand plan sur la forêt lancé par le ministre dans le cadre du plan de relance, doté de 200 millions d’euros : ce n’est pas rien. Mais c’est aussi au sein des parcelles agricoles qu’il faudrait remettre des arbres. Il y a des tests qui fonctionnent dans ce sens, comme le montre l’Inrae de Clermont-Ferrand, avec des céréales sous des alignements de noyers. Ma collègue Anne-Laure Cattelot (LREM, Nord) a réussi à faire passer un amendement qui nous offrira une accroche sur ce sujet pour l’examen en séance. Avec les néonicotinoïdes, nous avons vu comment les dérèglements du climat et la biodiversité peuvent aboutir à des proliférations de pucerons. Je suis allée voir des producteurs de betteraves dans l’Eure, un bio et un conventionnel. Ils ont des champs qui font plus de dix hectares : je n’ai jamais vu ça. Sans haie, sans arbres, avec des rotations trop courtes, il paraît normal que les pucerons prolifèrent. Il s’agit de renouer avec les fondamentaux de la biodiversité sur les exploitations. 

 

Comment vous situez-vous dans le débat sur les menus végétariens, qui s’annonce tendu ?

Je défends un menu végétarien quotidien lorsqu’il y a une alternative. Nous mangeons beaucoup trop de viande, et je constate le désamour des Français pour l’élevage industriel. Bien sûr, ce que nous faisons chez nous n’a rien à voir avec les feedlots américains. Mais nous avons besoin de remettre nos animaux le plus possible dehors, ou au moins de renforcer le bien-être animal dans les bâtiments. Si je ne suis pas d’accord avec les méthodes employées par L214, les images filmées montrent malgré tout la réalité.

Je suis donc prête à accepter une baisse de la production de viande en France. Avant cela, près de 70 %
de la viande consommée en restauration collective est de la viande étrangère : nous pouvons au moins réduire notre consommation de viande, et augmenter la part de marché de nos éleveurs. Avec une viande de meilleure qualité, vendue à un meilleur
prix.

Pourquoi faudrait-il réguler les installations d’élevage classées ICPE en zone vulnérable, comme vous le proposez dans un autre amendement ?

Le besoin en matière organique est plus important dans les zones céréalières qu’en Bretagne. L’idée serait donc d’arrêter de construire des grosses exploitations, porcines notamment, dans les zones excédentaires, pour essayer de remettre des élevages dans les plaines de la Beauce. La spécialisation des fermes n’a pas fait du bien au monde agricole, et il serait temps de rééquilibrer les apports de matière sur les territoires. C’est avant tout pour être en cohérence avec mes amendements sur les engrais, mais je sais très bien que ce ne sera pas accepté.

 

Le gouvernement prévoit une redevance sur les engrais en 2024, en l’attente d’une mesure européenne. Aurait-il fallu aller plus loin ?

Cela fait trop longtemps que nous avons des politiques publiques sur les engrais : il est temps de dire stop. Et puis il y a eu l’expérience du glyphosate, des néonicotinoïdes : cette fois, je ne lâcherai pas. Je demande que nous mettions en place dès maintenant une redevance sur les engrais azotés, en les inscrivant aux côtés des phytos dans la redevance pour pollution diffuse. L’argent serait collecté par les agences de l’eau, qui le reverseraient aux agriculteurs au travers de programmes dédiés à l’agroécologie.

 

Pour faciliter la transition des producteurs, Célia de Lavergne, la rapporteure du volet agricole, défend un étiquetage sur la rémunération. Est-ce une bonne idée ?

Tous ces étiquetages, le Nutriscore, le Rémunérascore, l’affichage environnemental, vont dans le bon sens pour informer le consommateur. Ce sont cependant des mesures prises pour pallier quelque chose que nous aurions dû résoudre dans la loi Egalim. Mais nous ne sommes pas allés assez loin. Nous avons donné des outils aux agriculteurs pour qu’ils se fédèrent, mais nous aurions dû obliger le médiateur ou l’Observatoire des prix et des marges à être présent dans la construction des prix et des coûts de production.

 

Que représente cette sécurité sociale de l’alimentation pour laquelle vous demandez un rapport gouvernemental dans un autre amendement ?

Cela m’énerve d’entendre un syndicat agricole dire tout le temps que nous avons besoin des agricultures industrielles pour nourrir les plus pauvres. Je ne suis pas du tout d’accord avec ça : ce n’est pas parce qu’on est moins aisé qu’on n’a pas le droit de manger bio. Je souhaite donc que le gouvernement puisse s’engager sur cette idée sur laquelle je travaille depuis un moment, bien que tout ne soit pas encore précis. Il s’agirait d’une sorte de carte Vitale, alimentée par des prélèvements sur les salaires, comme la Sécurité sociale. En fonction de leurs revenus, les consommateurs qui passent à la caisse n’auraient alors rien à payer pour certains produits alimentaires, comme leurs achats de fruits et légumes.

 

Pensez-vous que le texte sur lequel vous et vos collègues travaillez respecte l’esprit des propositions des citoyens de la Convention ?

Il serait faux de dire que nous n’avons rien fait pour le climat : le président Emmanuel Macron porte les sujets environnementaux au niveau européen de manière volontariste, et les Verts allemands eux-mêmes ont salué son action. Il faut aussi rappeler que la France prendra la présidence de l’Union européenne en 2022 et que nous pourrons, à cette occasion-là, encore défendre les sujets environnementaux. Beaucoup invoquent une concurrence déloyale au niveau européen, sur le glyphosate notamment : je me réjouis, pour ma part, que la France soit en avance pour tirer les autres pays vers le haut.

 

Le poids des engrais dans le bilan climatique de l’agriculture

16,5 % c’est ce que pèsent les utilisations d’engrais minéraux dans les émissions de GES, soit 12,4 Mt de CO2e (équivalent CO2)
46 % des gaz à effet de serre représentent du protoxyde d’azote, hors énergie
2,4 Mt de CO2e, c’est ce que représente la fabrication des engrais sur le territoire national
40 % des engrais sont importés. Cette part pourrait augmenter de quelques millions de tonnes supplémentaires dans le cadre d’une approche empreinte carbone
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lait : un accord «historique» avec E. Leclerc
Le 9 juin, plusieurs laiteries et OP ont signé un accord avec E. Leclerc qui induit une rémunération supplémentaire de 5 €/1 000…
McCain s’engage dans l’agriculture régénérative
L’industriel spécialisé dans la transformation de la pomme de terre a annoncé le 9 juin son intention d’accompagner les…
Présence de rhizoctone brun sur tiges de pommes de terre.
Des parcelles de pommes de terre à surveiller
Mildiou d’abord, mais aussi traces de rhizoctone brun sur la tige et viroses sont à surveiller actuellement dans les champs de…
Désherbant non conforme : plus de peur que de mal... dans la Somme
Alertés au même titre que leurs homologues d’autres régions, les betteraviers de la Somme pourraient avoir échappé aux…
Des trucs et des astuces qui changent la vie
Ils en ont, de l’imagination, les éleveurs des Hauts-de-France. Dans les exploitations, des idées ingénieuses naissent pour…
Gérard Clay et Philippe de Raynal ont évoqué mardi 2 juin les contours de la stratégie qu’ils ont commencé à mettre en œuvre pour Tereos.
Pour trouver de meilleurs résultats, Tereos affiche un nouveau cap
Le groupe coopératif sucrier et amidonnier Tereos veut rapidement tourner la page d’un exercice 2020-2021 qui voit ses chiffres s…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde