Aller au contenu principal

Chasse
Sanglier : les chasseurs de plaine se sentent orphelins

Les règles de tir du sanglier en plaine ont été renforcées.

© AAP

 

Depuis 2012, le clivage se fait vif entre les chasseurs de plaine et les chasseurs au bois. Motif ? Les règles de tir du sanglier en plaine se sont renforcées, avec à présent une obligation de chasse en battue et non postée. Si les postes en plaine pouvaient comporter dans certaines situations une sécurité pas tout à fait optimale au regard de l’entourage, et étaient critiqués comme incitant l’affût en périphérie des bois chassés, les chasseurs de plaine trouvent les conditions actuelles trop restrictives à plusieurs niveaux. C’est le cas, par exemple de René Heu, président de la société de chasse de Belleuse, qui, il y a un an, a lancé une pétition en faveur de la réintroduction du tir de sanglier en plaine à poste fixe ; pétition qui a recueilli 1000 signatures.
Avec ses collègues de Neuville-les-Lœuilly, Lœuilly, Contre, Nampty et Taisnil, il a constitué un groupe de personnes qui s’est astreint à formuler des propositions à la Fédération départementale des chasseurs pour trouver les conditions permettant cette pratique.
L’enjeu est multiple : il y a certes la volonté et le plaisir d’exercer la chasse au sanglier de plaine, mais aussi la régulation des populations dont les dégâts sont importants, tant pour les cultures que pour les aménagements cynégétiques en faveur du petit gibier. A la veille d’un hiver pour lequel les agrainoirs seront de sortie pour sauver les perdrix, l’attente est réelle.
Deux rencontres ont déjà eu lieu avec la Fédération des chasseurs et René Heu se dit plus que jamais en attente de trouver une issue favorable à ces discussions, mais il y met aussi une exigence de réussite, faute de quoi, il envisage avec d’autres  d’aller plus loin avec la création d’une association spécialement dédiée aux chasseurs de sangliers en plaine.

 

REACTION
René Heu, président de la société de chasse de Belleuse
«Tirer en toute sécurité sans avoir à rajouter des contraintes»
Avec les règles que l’on connait depuis 2013, le taux de prélèvement de sangliers en plaine n’est pas optimal, et les populations susceptibles de causer des dégâts ne sont pas en retrait. Au-delà des dégâts aux cultures qui coûtent cher à tous les chasseurs, il y a aussi les dégâts sur les agrainoirs. Cette année, nous allons tout faire pour protéger le capital perdrix qui reste, mais cela demande de l’énergie et du temps pour y parvenir. Quand un agrainoir est saccagé par un sanglier, une fois ça passe, mais régulièrement ça énerve et ça démotive, sans parler du fait qu’on risque de retrouver des supports métalliques dans les champs. Que ce soit pour les cultures, le petit gibier, ou ne serait-ce que le plaisir de chasser, je pense qu’on peut trouver les règles de sécurité en terme de distance, de hauteur et d’angles qui permettent de tirer en toute sécurité durant la saison, sans avoir à rajouter des contraintes de date, d’horaire, ou de mode de chasse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde