Aller au contenu principal

Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli

La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021. Pour les négociants de la région, cette «grave décision» impactera toute la filière d’élevage. 

L’Arrageois possède depuis plus de quarante ans l’un des plus grands marchés aux bestiaux au Nord de Paris… Et il ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Hérité de l’ancien syndicat intercommunal de l’abattoir, ce marché installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines,
chaque jeudi matin, était jusqu’alors géré par la Communauté urbaine d’Arras (CUA). Mais les élus ont pris la décision de «cesser de financer à fonds perdus» cet endroit. Le dernier concours d’animaux de boucherie aura lieu en décembre, et plus aucun bovin n’y sera accueilli à partir de janvier. 

«Ce marché aux bestiaux, que personne n’a songé à valoriser, aura coûté pour ces deux dernières années 100 000 de frais de fonctionnement et 200 000 d’investissements à la CUA. Une somme à laquelle il aurait fallu rajouter d’autres frais pour moderniser l’endroit, remettre aux normes les installations», est-il indiqué dans les colonnes de La Voix du Nord. Contactée lundi matin, la CUA n’a pas trouvé le temps de répondre à nos questions. 

 

«Ce qui nous arrive est grave !»

Pour les marchands de bêtes, la décision a été brutale. «Ce qui nous arrive est grave ! Toute la filière d’élevage de bovins régionale sera impactée», s’insurge Henri Ducrocq, négociant de bovins installé à Noyelles-en-Chaussée. Lui dit comprendre la raison financière qui a décidé la CUA à cesser l’activité. Mais l’annonce, sans concertation, d’une fermeture dans quelques mois seulement, a du mal à passer. «Nous n’avons pas le temps de nous retourner. On est mis à la porte du jour au lendemain. Or, nous avons besoin d’un tel marché pour travailler.» Pour le marchand, ce marché représente environ 20 % de son activité. Une perte qui mettrait à mal tout un équilibre. «Pour être viable, une filière doit fonctionner à 100 %.»

Le professionnel regrette la perte de ce «marché de libre-échange» qui offre des débouchés particuliers. Quinze-mille animaux en moyenne seraient négociés chaque année à Arras. Il s’agit en partie d’animaux de boucheries, élevés en Hauts-de-France et valorisés dans cette même région. Des filières courtes qui répondent à une attente des consommateurs. Les animaux d’élevage y sont aussi bien valorisés. «Chaque marchand a ses clients naisseurs ou engraisseurs. Nous pouvons nous accorder pour créer des lots d’animaux et ainsi les valoriser au mieux.» Enfin, certains bovins y trouvent leur seul débouché. «Avec des bêtes qui n’ont aucune valeur chez nous, nous parvenons à faire un camion pour l’Italie ou l’Espagne. Celles-ci resteront dans les fermes si nous en sommes privé», alerte Henri Ducrocq.

 

Un appel à la volonté politique

Les professionnels sont désormais à la recherche active d’un lieu leur permettant de poursuivre leur activité. «Les marchés aux bestiaux du Cateau-Cambrésis (59) et de Forges-les-Eaux (76), sont loin de valoir celui d’Arras. Ils impliquent plus de temps de transport, plus de frais, et beaucoup moins de possibilités de vente.» Ils en appellent au soutien de la Région. «Seule une volonté politique pourra nous sauver.»

Le lieu, lui, accueillera d’autres activités. Une petite partie des 4 ha est déjà occupée par les nouveaux locaux du laboratoire de l’Inrae et de ceux du laboratoire d’industrie agroalimentaire Adrianor.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde