Aller au contenu principal

Sans pesticide : un label commun pour Prince de Bretagne, Solarenn et Savéol

Les coopératives bretonnes de production de légumes Prince de Bretagne, Solarenn et Savéol ont annoncé la mise en place d’une «démarche commune» de production «cultivée sans pesticide», appliquée d'abord aux tomates, à l'occasion d'une conférence de presse le 25 février au Salon de l’agriculture. Intitulée «Alliance nature et saveurs», cette démarche se matérialisera notamment par un «cahier des charges» et un label «cultivé sans pesticide» commun aux trois coopératives. Ces dernières produisent près de 196000 tonnes de tomates par an (sous serre) et envisagent d’en labelliser «30 à 40% dans le moyen terme», a précisé Pierre-Yves Jestin, président de Savéol. Le label «cultivé sans pesticide» s’engage sur l’absence de «traitement de pesticides de synthèse de la fleur à l’assiette». La labellisation de la production sera effectuée par Certis, un cabinet certificateur extérieur aux trois coopératives. À travers ce label, les coopératives, qui représentent 50 % de la production française de tomates, veulent notamment «communiquer sur leur pratique en serre», explique Christophe Rousse, le président de Solarenn, ces derniers étant «sur les mêmes pratiques culturales que le Bio», sans pouvoir y prétendre. Dès 2019, 176 des 208 maraîchers des trois marques apposeront le label sur leurs tomates, ont-elles par ailleurs précisé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde