Aller au contenu principal

Schmallenberg : il y aura bien une indemnisation des GDS

Un taux d’atteinte minimal par le virus, une franchise et un plafond seraient retenus.

GDS France vient d’annoncer une intervention de la caisse nationale de solidarité (CSSA) sur la première vague de circulation du virus SBV (Schmallenberg) pour les troupeaux ovins (jusqu’au 31 mai 2012) et bovins (jusqu’au 31 août). Les conditions d’accès doivent encore être précisées mais un taux d’atteinte minimal (proportion de jeunes malformés) serait retenu, de même qu’une franchise (au-delà d’un taux habituel de pertes néonatales) et un plafond. Les dossiers parviendront aux éleveurs concernés courant janvier (foyers confirmés par analyse).

Maintenir une surveillance de la maladie
Pour au moins deux raisons : suivre l’évolution de la maladie -pour mieux l’étudier et la connaître- et pouvoir bénéficier d’aides similaires (à confirmer ultérieurement) sur la seconde vague (actuelle) de circulation virale.
La procédure peut être enclenchée à partir d’un veau ou deux agneaux malformés (essentiellement blocage des articulations, colonne déviée, torticolis, raccourcissement de la mâchoire). Idéalement, le vétérinaire prélève du sang de l’avorton, mort-né ou encore vivant à condition qu’il n’ait pas pris le colostrum, dans la veine ou dans le cœur. Si cela s’avère impossible, deux protocoles différents selon le département, en zone dite 1 ou 2 :
• Zone 1 (ex. Somme) : le jeune animal doit être apporté au laboratoire pour analyse (PCR) sur l’encéphale ;
• Zone 2 (ex. Oise) : une prise de sang (sérologie) sur la mère suffit.

Enfin, une fiche de renseignement est jointe au prélèvement et le GDS remonte ensuite ces informations vers la plate-forme nationale d’épidémio-surveil­lance.
Le coût des analyses est supporté par l’éleveur, l’Etat s’étant désengagé de la surveillance de la maladie. Par contre, s’il s’agit d’un avorton, mort-né ou mort dans les 48h, la visite du vétérinaire peut entrer dans le cadre de la «déclaration d’avortement» (surveillance de la brucellose) : celui-ci doit alors impérativement remplir un autre formulaire et bien entendu réaliser une prise de sang sur la mère pour recherche de la brucellose (dans l’Oise, à défaut de prélèvement sur le produit, une seule prise de sang sur la mère peut convenir, avec les deux recherches sérologiques, schmallenberg et brucellose).
Toute information et documents sont disponibles auprès des GDS et les vétérinaires ont été avertis de ces dispositions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde