Aller au contenu principal

Formation
Se former pour prévenir la tuberculose en élevage bovin

Le GDS de Picardie propose aux éleveurs une formation d’une journée autour de la prévention du risque tuberculose en élevage bovin le 13 septembre prochain à Amiens.

Depuis 2001, la France est considérée comme officiellement indemne de tuberculose bovine par l’Union européenne,  malgré la persistance chaque année d’une centaine de foyers en élevage.
Depuis 2001, la France est considérée comme officiellement indemne de tuberculose bovine par l’Union européenne, malgré la persistance chaque année d’une centaine de foyers en élevage.
© Pixabay

Les éleveurs la redoutent autant que les autorités sanitaires et les organismes chargés d’en coordonner la lutte. De quoi parle-t-on ?
De la tuberculose bovine qui est une maladie infectieuse transmissible à l'homme (zoonose) causée principalement par la bactérie Mycobacterium bovis (M. bovis). Selon l’Anses, «cette bactérie peut infecter de nombreuses espèces domestiques et sauvages, particulièrement les bovins et les cervidés, mais aussi les sangliers, blaireaux ou renards». 

 

Une journée pour se former

Le 13 septembre prochain, afin de mieux appréhender la maladie et donc de lutter contre elle, le Groupement de défense sanitaire (GDS) de Picardie organise une formation dédiée ouverte aux éleveurs du département. Les objectifs de cette formation sont multiples indique le GDS : connaître la maladie et prendre conscience de l’importance de la prévention ; identifier les bonnes pratiques pour passer à une logique de prévention du risque ; maintenir de bonnes pratiques d’élevage ; mettre en place des mesures préventives et évaluer sa situation par rapport aux risques identifiés. Animée par le docteur Aurélien Meurisse, vétérinaire formateur agréé et praticien rural, la formation s’étale sur une journée, en salle, et se partage entre présentations Powerpoint, échanges et discussions, présentation de cas concrets, quizz. Un exercice individuel incluant la mise en place par les éleveurs de leur propre plan de prévention vient conclure la journée. 

 

Comment détecter la maladie ? 

Chez les bovins, «l’infection est souvent inapparente, les symptômes cliniques n’apparaissant que tardivement au cours d’une évolution qui est en général très longue. Ce sont notamment les pertes indirectes que cette maladie génère qui ont un fort impact économique pour la filière (impossibilité de vendre des animaux vivants, le lait cru, les semences, etc.)», souligne l’Anses. 

Savoir reconnaître les symptômes qui trahissent la présence de tuberculose dans un troupeau fait partie des thèmes abordés lors de la formation au travers du chapitre «la maladie et sa prévention». Y seront par exemple abordés les caractéristiques de la tuberculose, les vecteurs de la maladie, la situation épidémiologique sur le territoire, les enjeux collectifs et individuels de la prévention, les risques encourus pour tous les élevages (repères économiques), coût des méthodes préventives au regard du risque encouru. Dans un second temps, un chapitre s’adresse à la manière d’identifier et traiter les risques liés à l’introduction d’un animal (respect des règles de traçabilité, de transport, de mise en quarantaine...), au voisinage (double clôture, pâturage alterné, bonnes pratiques de désinfection si matériel en commun, mise en place de pratiques adaptées pour l’abreuvement...), à l’environnement (faune sauvage, effluents d’élevage, bassins d’alimentation...) et enfin aux visiteurs (mise en place de pédiluve, désinfection des bâtiments, parking visiteurs...)

 

Identification des bonnes pratiques d’élevage 

Le troisième thème abordé pendant la formation concerne les principes généraux sur la conduite d’élevage pour des animaux en bonne santé avec une immunité optimale (équilibre alimentaire, conduite de troupeau), ainsi que les pistes pour évoluer vers des pratiques toujours plus vertueuses dans son travail. Enfin, le quatrième temps est consacré à la mise en pratique. À partir d’un cas type d’une exploitation, présentation d’une méthode de scoring permettant d’élaborer un plan de prévention du risque (plan de biosécurité). Puis, pour chaque stagiaire, évaluation des risques chez soi, les hiérarchiser et mise en place de son plan de prévention. 

Contact : Morgane Denizot - GDS Picardie au 03 22 89 39 90  ou morgane.denizot.gdspicardie @reseaugds.com

L’État étend sa participation financière pour les dépistages

Dans un arrêté paru au Journal officiel le 28 juillet, le ministère de l’Agriculture prévoit, pour une durée de trois ans, la prolongation de la participation financière de l’État au dépistage de la tuberculose bovine, afin de compenser le surcoût résultant du recours obligatoire à l’intradermotuberculination comparative ou au test de dosage de l’interféron gamma. Ces deux méthodes de dépistage sont en effet les seules autorisées depuis un arrêté du 8 octobre 2021. Celui-ci visait à mettre en conformité les prescriptions techniques et administratives nationales avec le droit européen. L’arrêté dispose que l’État prend désormais en charge une partie du coût de l’intradermotuberculination comparative (à hauteur d’un forfait de 6,15 € HT par bovin) et la totalité du coût du dosage de l’interféron gamma. Le texte prévoit trois cas de prise en charge des dépistages : par intradermotuberculination comparative pour les troupeaux classés à risque sanitaire ; même méthode pour ceux dont au moins un animal a pâturé dans une zone à risque (telle que définie par l’arrêté du 8 octobre 2021) ; par dosage de l’interféron gamma dans les cas où la finalité zootechnique rend impossible la première méthode.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde