Aller au contenu principal

Sécheresse : Bruxelles propose des solutions

Deux règlements de la Commission européenne vont permettre aux agriculteurs des régions touchées de déroger à certaines règles du verdissement. Un autre prévoit une augmentation des avances des paiements.

L’ensemble de ces dérogations seront applicables uniquement dans des zones officiellement reconnues par les autorités compétentes comme étant touchées en 2018 par la sécheresse ou de fortes pluies.
L’ensemble de ces dérogations seront applicables uniquement dans des zones officiellement reconnues par les autorités compétentes comme étant touchées en 2018 par la sécheresse ou de fortes pluies.
© J.-c. Gütner



En réponse aux difficultés des agriculteurs européens affectés par la sécheresse estivale (en particulier au centre et au nord de l’Union européenne), la Commission de Bruxelles a adopté le 14 août des mesures dérogatoires en faveur de huit Etats membres (Danemark, Estonie, Finlande, Lettonie, Lituanie, Pologne, Portugal et Suède) concernant les terres mises en jachère qui pourront être utilisées à des fins de production d’aliments pour animaux, dans des zones officiellement reconnues au niveau national comme étant touchées par la sécheresse et où se trouvent des animaux d’élevage. Comme cela avait également déjà été annoncé par le commissaire européen Phil Hogan au mois de juillet, les avances de paiements pour les agriculteurs pourront être augmentées jusqu’à 70 % des soutiens directs et 85 % pour le développement rural dès la mi-octobre.

Deuxième vague de dérogations
D’autres dérogations vont être accordées à neuf Etats membres concernant la diversification des cultures (Belgique, Danemark, Allemagne, Irlande, France, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Suède).
Il s’agira de permettre de raccourcir la durée minimale obligatoire d’implantation des cultures dérobées et d’autoriser le semis de cultures d’hiver, comme des cultures intermédiaires, si elles sont utilisées pour des pâturages, ou pour produire du fourrage et de ne semer qu’une seule espèce de cultures intermédiaires (et non un mélange de variétés), si ces dernières servent de pâturage ou pour du fourrage.
De plus, la France pourra bénéficier, à titre rétroactif, des dispositions du premier paquet de dérogations. Là encore, l’ensemble de ces dérogations qui s’appliqueront de manière rétroactive, seront applicables uniquement dans des zones officiellement reconnues par les autorités compétentes comme étant touchées en 2018 par la sécheresse ou de fortes pluies.
Le règlement a été transmis aux Etats membres. Il sera voté cette semaine et pourra entrer en vigueur rapidement dans la foulée, le commissaire européen ayant refusé de prendre une décision en urgence car, selon lui, compte tenu de la diversité des problèmes, il fallait prendre le temps de réfléchir aux flexibilités les plus justifiées.
Tout en reconnaissant que ces mesures peuvent apporter un soulagement temporaire à certains agriculteurs, Greenpeace souligne qu’elles «renforceront également les pratiques agricoles intensives préjudiciables qui sont à l’origine du changement climatique. Tant que les gouvernements et l’Union européenne refuseront de soutenir des méthodes agricoles durables qui n’exacerbent pas le changement climatique, et qui résistent mieux à ses effets, cette crise sera la nouvelle norme».
Des Etats membres ont aussi pris des mesures localement. L’Allemagne a débloqué des fonds (340 millions d’euros), la Wallonie (Belgique) également (15 millions d’euros), et l’Irlande a entrepris une révision de ses programmes de développement rural pour les adapter à la situation.

La production de fourrage au plus bas
Venue échanger avec les eurodéputés de la commission de l’agriculture, le 30 août, à Bruxelles, la Commission européenne a présenté les données de son Centre commun de recherche (JRC), qui a revu, le 27 août, à la baisse (pour le quatrième mois consécutif) ses prévisions de céréales. Au niveau de l’Union européenne, les prévisions de rendement actuelles sont inférieures à la moyenne quinquennale pour le blé tendre (- 4,5 %), l’orge de printemps (- 4,3 %) et le seigle (- 14 %).
La prévision de rendement du maïs grain a été légèrement révisée à la baisse au niveau de l’Union européenne, mais reste supérieure à la moyenne quinquennale, avec 7,57 t/ha (contre 7,64 t/ha prévu en juillet). La prévision pour le maïs fourrager a, par contre, été plus fortement réduite, 10 % en dessous de la moyenne quinquennale.
Pour la betterave, à 73,8 t/ha (contre 77,9 t/ha estimé le mois dernier), la pomme de terre, à 31,1 t/ha (contre 33,3 t/ha), le décrochage est plus net, avec des rendements inférieurs à la moyenne sur cinq ans.
Côté pâturages, «la productivité était à son plus bas niveau depuis le début de nos observations (en 1999) dans une grande partie de l’Europe centrale et septentrionale, ainsi que dans le nord-est de la France. Elle a été supérieure à la moyenne en Espagne, dans le sud et l’ouest de la France, en Italie, en Autriche, en Roumanie, en Hongrie et en Bulgarie», note le JRC.
Les stocks de fourrages sont suffisants pour le moment, a précisé la Commission. Néanmoins la hausse du prix des céréales pourrait avoir des conséquences, plus tard dans l’année, sur le revenu des éleveurs. «Nous ferons le point régulièrement pour évaluer si les décisions que nous avons prises jusqu’à présent sont suffisantes», a assuré la Commission, le 30 août, devant les eurodéputés.

Des moyens supplémentaires
Les parlementaires ont globalement salué les réponses rapides apportées par Bruxelles. Mais ils ont également saisi l’occasion de ce débat pour souligner la nécessité de mieux prendre en compte cette question dans la future Pac. Le Français, Michel Dantin (PPE), a notamment mis en avant l’apport que pourraient avoir les données satellitaires, souvent mises en avant par Bruxelles ces derniers temps, pour évaluer plus rapidement les dégâts aux cultures. Le représentant de la Commission a indiqué que, justement, les propositions pour la Pac, si elles sont adoptées, permettront d’aller encore plus vite dans ce type de situation, car «ce sont les Etats membres qui auront les commandes. Il n’y aura plus de période de concertation pour demander une dérogation».
Dans un communiqué du 30 août, le Ceja (jeunes agriculteurs européens) exhorte la Commission européenne et les gouvernements nationaux à mettre en place des mesures supplémentaires pour aider les jeunes agriculteurs à faire face aux pertes causées par la sécheresse. Le Ceja «apprécie les mesures prises par la Commission européenne pour faire face aux effets de la sécheresse, toutefois, des enveloppes financières supplémentaires devraient être mises à disposition».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde