Aller au contenu principal

Sécheresse : faire de ses jachères du fourrage, c'est autorisé

Les agriculteurs de 47 départements, dont la Somme, sont autorisés à titre exceptionnel à faire pâturer ou récolter leurs surfaces en jachères.

L'autorisation de récolte et/ou de pâturage des jachères concerne 47 départements, dont l'intégralité des Hauts-de-France.
L'autorisation de récolte et/ou de pâturage des jachères concerne 47 départements, dont l'intégralité des Hauts-de-France.
© Pascal Xicluna

« Pour soutenir les éleveurs faisant face à ces circonstances exceptionnelles, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Julien Denormandie a décidé d’autoriser les éleveurs directement affectés par la sécheresse à utiliser les surfaces en jachères pour faire pâturer leurs troupeaux ou faucher pour produire du fourrage », a indiqué le ministère de l'Agriculture, le 31 juillet dernier. Ainsi, les agriculteurs qui utiliseraient cette dérogation bénéficieront d'une reconnaissance de circonstances exceptionnelles et par conséquent, les jachères déclarées en tant que surface d’intérêt écologique (SIE) même fauchées ou pâturées pourront continuer à être comptabilisées comme SIE pour l’octroi du « paiement vert ».

47 départements concernés

Comment en est-on arrivé là ? Pour le ministère de l'Agriculture, cette décision exceptionnelle s'explique par « le déficit de précipitations qui a touché au printemps une large partie du territoire s’est accentué ces dernières semaines avec un mois de juillet très sec au niveau national ».

Dans certains départements, où cette situation conduit à une sécheresse des sols qui affecte notamment les prairies, l’alimentation des troupeaux est pénalisée. Celle-ci vient aggraver une situation déjà difficile pour les éleveurs, dont les stocks de fourrage avaient été diminués par la répétition des sécheresses des années passées.

Or, et même si des opérations « solidarité fourrage » se mettent en place entre départements, « les éleveurs des zones les plus touchées par la sécheresse n'ont souvent pas d'autre choix que d’utiliser leurs jachères pour assurer l'alimentation de leur troupeau ». Cette disposition est activée dans les 47 départements suivants :

  • tous les départements des régions Haut-de-France, Grand Est et Ile-de-France ;

  • pour la région Auvergne-Rhône-Alpes : Ain (01), Loire (42), Rhône (69), Isère (38), Ardèche (07), Drôme (26) ;

  • pour la région Bourgogne-Franche-Conté : Côte-d'Or (21), Nièvre (58), Saône-et-Loire (71), Yonne (89) ;

  • pour la région Normandie : Orne (61) ; Seine-Maritime (76), Calvados (14), Eure (27)

  • pour la région Centre – Val de Loire : Cher (18), Eure-et-Loir (28), Loir-et-Cher (41), Loiret (45) ;

  • pour la région Pays-de-la-Loire : Mayenne (53), Sarthe (72) ;

  • pour la région Occitanie : Aveyron (12), Lot (46), Tarn-et-Garonne (82)

Comment en profiter ?

Pour bénéficier de cette possibilité, les éleveurs concernés doivent adresser un courrier à leur Direction départementale des territoires (DDT)/Direction départementales des territoires et de la mer (DDTM), expliquant les difficultés rencontrées en raison de la sécheresse et la nécessité d'utiliser les jachères et demandant en conséquence la prise en compte des circonstances exceptionnelles.

En rappelant le caractère « exceptionnel » de la mesure, le ministère de l'Agriculture rappelle néanmoins que l'objectif des SIE est de préserver la biodiversité et demande donc aux éleveurs ayant recours à cette possibilité, de le faire en prenant toute mesure adaptée pour préserver au mieux la faune et la flore sur ces parcelles (par exemple : fauche centrifuge, recours à des méthodes d'effarouchement, pression de pâturage limitée, etc.).

Il affirme dans le même temps suivre « avec attention » les évolutions des conditions climatiques en France comme dans les autres États-membres ainsi que leurs conséquences sur les disponibilités fourragères pour accompagner au mieux les éleveurs touchés par ce nouvel épisode de sécheresse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde