Aller au contenu principal

Sécheresse : fourrages et semis de colza à la peine

La pousse d’herbe est en retrait de 15 %, et le rendement de maïs-ensilage de 10 % au niveau national, voire beaucoup plus dans un grand quart nord-est de la France. En conséquence, les prix de la paille et du foin explosent.

Les prix de la paille ou du foin «ont explosé» : le foin vaut environ 150 €/t, au lieu de 100 e/t l’an passé.
Les prix de la paille ou du foin «ont explosé» : le foin vaut environ 150 €/t, au lieu de 100 e/t l’an passé.
© J.-C. gutner

Au 20 septembre 2018, la pousse cumulée des prairies permanentes affichait un déficit de 15 % au niveau national, en raison notamment d’une pousse estivale trois fois inférieure à la norme, indique le ministère de l’Agriculture. Cette période a été «particulièrement difficile» pour les régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté, où la pousse estivale n’a pas dépassé 8 et 13 % respectivement de la référence. «Pas grand-chose n’a dû bouger depuis ce dernier pointage, en particulier dans les zones les plus touchées : le nord Bretagne, les Hauts-de-France, la Lorraine, la Franche-Comté et la Bourgogne», estime Jean-Christophe Moreau, chef de projet fourrages à l’Institut de l’élevage (Idele).
Dans le Grand Est, le cumul des deux premières coupes d’ensilage d’herbe a été à peu près normal, témoigne Alice Berchoux, chef de projet en production laitière à l’Idele. En revanche, il n’y a eu ni troisième coupe, ni regain. Il a fallu complémenter les animaux à la pâture avec les stocks hivernaux. Les rares cultures dérobées implantées n’ont été ni récoltées, ni pâturées. «C’est vraiment unique. 2017 avait déjà été sèche mais, en septembre, la pluie était de retour. Pas cette année», poursuit en substance Alice Berchoux.
En conséquence, les prix de la paille ou du foin «ont explosé» : le foin vaut environ 150 €/t, au lieu de 100 €/t l’an passé. «150 /t, c’est presque une bonne affaire», renchérit Damien Godfroy, conseiller herbe à la Chambre d’agriculture des Vosges. Selon lui, les prix ont gagné 50 % depuis 2017 et 100 % par rapport à une année normale. Jean-Christophe Moreau (Idele) a connaissance de prix atteignant 150 €/t pour la paille et 180 €/t pour le foin. Dans les Vosges, la tentative de mettre sur pied une bourse d’échange de fourrages, à la mi-septembre, a tourné court. «Nous avons reçu beaucoup de demandes de paille et de fourrages bruts, mais, du côté de l’offre, nous avons enregistré cinquante réponses négatives. Il n’y a aucun excédent dans le département», constate Damien Godfroy.
Du côté du maïs-fourrage, la situation n’est guère plus enviable. Le ministère de l’Agriculture tablait, dans ses prévisions au 1er octobre, sur une production nationale de l’ordre de 17 millions de tonnes, en repli de 10 % sur 2017. Dans le Grand Est, les rendements du maïs-ensilage décrochent de 20 % à 30 % pour revenir aux alentours de 8 t/ha de matière sèche, renseigne Alice Berchoux. Des chutes de rendement de 30 % à 40 % sont même enregistrées dans les zones qui n’ont pas connu d’orages estivaux.

Colza : 30 % de non-réalisations
La sécheresse affecte aussi durement les semis de colza. Dès la fin septembre, Terres Inovia signalait, dans un communiqué, des parcelles «non-levées, ou très hétérogènes», l’institut technique invitant les producteurs à «ne pas se précipiter pour remplacer» la culture. Une forte diminution des surfaces est redoutée. «Cette absence de pluie sur d’aussi vastes étendues, c’est du jamais vu», déclare Fabien Lagarde (Terres Inovia).
D’après ses chiffres, la sole de colza récoltable en sortie d’hiver tombera entre 1 et 1,1 Mha, contre 1,58 Mha l’an dernier. Il y a d’abord une baisse des intentions de semis à 1,5 Mha. Ensuite, l’institut recense 30 % de non-réalisations. «Un paquet de surfaces non levées apparaissent dans le Centre, la Bourgogne-Franche-Comté, la Val de Loire et le Grand Est», indique le technicien.
Par ailleurs, des dérogations ont été accordées pour les SIE (Surfaces d’intérêt écologique) cultures dérobées. «Dans tous les départements concernés par la sécheresse, ainsi que dans les neuf autres départements, dont la date de présence obligatoire débutait jusqu’au 13 août inclus, la dérogation est automatique» dans trois cas de figure, informe l’AGPB (producteurs de blé) : non-levée, semis d’une seule espèce au lieu de deux, conservation de la culture dérobée (figurant dans la liste des espèces autorisées) en tant que culture principale d’hiver.

Sécheresse : les semis de colza «sérieusement affectés» dans l’UE

Les semis de colza dans l’Union européenne sont «sérieusement affectés» par la sécheresse, a indiqué, le 22 octobre, la Commission européenne, qui table sur des surfaces en baisse de
5 à 10 % en France et inférieures à 1 M ha en Allemagne. «Une grande partie des principales zones de colza en Europe ont souffert de la sécheresse, compromettant le nombre d’hectares semés et gênant la levée des cultures, selon un bulletin du service de prévisions Mars. Seules une minorité de régions profitent de bonnes conditions. Cela devrait amputer la production 2019.» Des difficultés de germination sont relevées dans le centre de la France et de l’Allemagne, l’ouest de la Pologne, ainsi que le sud et l’est de la Roumanie, l’ouest de la Bulgarie. Une part importante des surfaces semées ont été réorientées vers d’autres cultures, d’après le bulletin. «En France, la surface semée est prévue à 5-10 % de moins que la normale. La superficie de l’Allemagne devrait aussi être considérablement inférieure à celle des années précédentes (moins de 1 M ha), surtout dans l’est et le centre», à cause d’intentions de semis en baisse et d’absences de levée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde