Aller au contenu principal

Sécuriser l’embarquement des chevaux dans un van

Un éclairage LED capable de fournir un niveau d’éclairement homogène semble réduire le stress du cheval pendant l’embarquement et la phase stationnaire.

Un éclairage LED capable de fournir un niveau d’éclairement homogène semble réduire le stress du cheval pendant l’embarquement et la phase stationnaire.
Un éclairage LED capable de fournir un niveau d’éclairement homogène semble réduire le stress du cheval pendant l’embarquement et la phase stationnaire.
© F. d’Alteroche

«Le transport (embarquement, trajet dont phase stationnaire et post-transport sur le lieu d’arrivée) est une pratique courante dans la gestion des chevaux de compétition, de loisir ou d’élevage. Or, cette pratique habituelle pour les chevaux et les humains peut engendrer un état d’anxiété chez l’animal et ainsi avoir un impact sur son bien-être», note Claire Neveu d’Ethonova, lors de la 44e Journée de la recherche équine à Paris.

De nombreuses études ont testé des solutions pour réduire le stress pendant la phase de transport, mais peu pour le limiter pendant l’embarquement. Une étude a évalué l’impact de la lumière, à la fois dans le van et dans l’environnement extérieur. En effet, la vision du cheval est différente de celle de l’être humain, notamment dans son adaptation aux changements de luminosité, plus lente, et dans sa perception dichromatique des couleurs.

«L’objectif de notre étude était donc de déterminer si différents types d’éclairage pouvaient avoir un impact sur la durée d’embarquement, ainsi que sur le comportement et la physiologie des chevaux lors de l’embarquement et de la phase stationnaire (pont fermé). Pour cela, nous avons utilisé un éclairage LED modulable, à variation de teinte de lumière blanche et ajustable en termes de quantité de lumière émise (flux lumineux).» Cette étude a été menée au Haras de la Barbotière (Calvados).

Transport = stress

Vingt-deux trotteurs français âgés de deux ou trois ans ont été sélectionnés pour leur expérience similaire et très réduite du transport. Ces jeunes chevaux ont été répartis de façon aléatoire dans deux groupes d’âges et de sexes variés et ont effectué trois embarquements, espacés de vingt jours, dans trois conditions : lumière naturelle, lumière blanche avec deux intensités différentes ou lumière blanche avec deux températures de couleur proximale (teintes) différentes.

«Pour chaque condition et chaque embarquement, les chevaux étaient menés en main par le même manipulateur, et les données comportementales relevées par un deuxième manipulateur, appelé observateur. Lors de la phase d’embarquement et de la phase stationnaire, le comportement (défécation, latence d’approche, comportements de défense, d’exploration, postures d’attention…) des sujets était observé en continu. Les données physiologiques ont été relevées par un cardiofréquencemètre avant, pendant et après l’épisode de stress (embarquement, phase stationnaire, box après)», précise la spécialiste.

Quelle que soit la condition, la fréquence cardiaque lors de l’embarquement et de la phase stationnaire est significativement plus élevée qu’au box avant le test. De même, la fréquence cardiaque est significativement plus élevée dans la zone d’embarquement et dans le van pour le premier passage que pour les deux suivants. «Les résultats mettent en évidence que l’embarquement est réellement un épisode de stress pour les chevaux et que ceux de deux ans mettent plus de temps à embarquer, lors du premier passage, que ceux de trois ans.»

Impact positif de la lumière

Lors de leur premier embarquement, les chevaux montés avec un niveau d’éclairement lumineux défini comme élevé à l’intérieur du van (> 4 500 lx), ont mis moins de temps à embarquer et ont exprimé moins de comportements de stress que ceux embarqués lorsque le niveau d’éclairement lumineux était modéré (< 3 000 lx). Lors de la phase de confinement dans un van stationnaire, les chevaux exposés à un éclairage LED dans certaines plages de températures de couleur proximale présentent une récupération post-stress du rythme cardiaque significativement plus rapide que dans des conditions d’éclairement naturel. «Un éclairage LED capable de fournir un niveau d’éclairement homogène semble donc réduire le stress du cheval pendant l’embarquement et la phase stationnaire.»

Réduire les risques

«D’un point de vue pratique, un cheval moins stressé à l’embarquement et pendant une période de confinement sera moins susceptible d’exprimer des comportements dangereux pour lui ou son cavalier/propriétaire. Si la durée d’embarquement est réduite, le stress des manipulateurs s’en trouvera également diminué. Tous ces facteurs pourraient donc contribuer à limiter les risques d’accidents, à améliorer la relation humain-cheval, ainsi que le bien-être de chacun. L’anxiété a également un impact sur les performances sportives. Il est donc possible qu’un cheval moins stressé à l’embarquement et pendant une période de confinement se montre plus compétitif.»
Une des perspectives d’application pratique serait d’évaluer sur le cheval les impacts de la lumière, diffusée par dispositif d’éclairage à LED ajustable, dans d’autres situations courantes telles que l’hébergement en boxes individuels, les soins médicaux, la phase de transport et d’ouvrir ainsi de nouvelles pistes d’amélioration du bien-être pour toutes les pratiques habituelles de gestion des chevaux.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde