Aller au contenu principal

Semences Fourragères de Picardie : prêt pour la récolte 2013… et les suivantes

C’est à Longpré les Corps Saints que Semences Fourragères de Picardie a aménagé son centre de réception. A quelques semaines de la première récolte pour ce projet porté par les coopératives Noriap et Calipso, le site est quasi-opérationnel et les multiplicateurs ont pu le visiter, faire le point sur la récolte à venir, et les perspectives de contrat pour les années futures.

© AAP

Pour la récolte 2013, Semences Fourragères de Picardie a engagé plus de 400 hectares de contrats, portant principalement sur des ray grass anglais, des ray grass d’Italie, fétuque, vesce et avoine. Avec un objectif de croissance des surfaces de 50% par an sur les deux productions engagées, Semences Fourragères de Picardie a fait le choix d’un séchage par caisse.

Séchage en caisse
A la moisson, les multiplicateurs livrent leurs récoltes qui sont isolées pour en perdre l’humidité, puis chaque lot est transféré dans des caissons à double fond, sortes de containers permettant la circulation d’un air chaud au travers de la quantité en cours de séchage.
Un séchoir permet la circulation d’un air à température et pression constante. Son canal de plusieurs dizaines de mètres de long permet le raccordement de 24 caissons simultanés. Cette installation permet d’accompagner les objectifs de Semences Fourragères de Picardie sur les prochaines récoltes, tout en garantissant un rythme efficace aux multiplicateurs qui pourront livrer de 10h à 21h, avec un temps de déchargement de l’ordre d'un quart d’heure par remorque.
Le choix est fait d’un temps de séchage constant. Dès lors, c’est la quantité de semence qui variera dans le caisson en fonction de l’humidité à la récolte (plus le produit sera livré sec, plus la quantité séchée sera importante dans un caisson sur un cycle, avec des possibilités de valorisation tant en terres légères que profondes. D’ailleurs, les cultures trouveront un intérêt tant en terme d’assolement que de structure de sol.
Côté prix, Semences Fourragères de Picardie annonce déjà des tarifs supérieurs aux grilles de recommandation interprofessionnelles. Même s’ils ne sont pas encore définitifs (toutes les valorisations de contrats de vente n’étant pas encore définitive), ils donnent des repères cohérents pour les multiplicateurs «historiques».
Géraldine Briet, technicienne de Semences Fourragères de Picardie a présenté des objectifs de produits bruts de l’ordre de 1 500 € à 2 000 €/ha. Pour la récolte 2012, le prix de valorisation sera ainsi calculé en fonction des espèces et des variétés.
Pour les nouveaux producteurs, qui veulent découvrir ces es­pèces, Semences Fourragères de Picardie réfléchit à un mode de rémunération permettant de garantir une cohérence face aux céréales, un système qui sera travaillé et affiné au cours des prochaines se­mai­nes.

Nouveaux débouchés dès les prochains semis
Semences Fourragères de Picardie confirme la bonne teneur du marché des semences fourragères sur la récolte à venir et au moins la future. Ainsi la société propose d’ores et déjà de nouvelles surfaces, notamment pour les espèces citées précédemment.

Pour préparer dès à présent les assolements, Semences Fourragères de Picardie se tient à disposition des multiplicateurs intéressés ou simplement cu­rieux, qui peuvent contacter Géraldine Briet au 06 86 67 00 97.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde