Aller au contenu principal

Semences Fourragères de Picardie : prêt pour la récolte 2013… et les suivantes

C’est à Longpré les Corps Saints que Semences Fourragères de Picardie a aménagé son centre de réception. A quelques semaines de la première récolte pour ce projet porté par les coopératives Noriap et Calipso, le site est quasi-opérationnel et les multiplicateurs ont pu le visiter, faire le point sur la récolte à venir, et les perspectives de contrat pour les années futures.

© AAP

Pour la récolte 2013, Semences Fourragères de Picardie a engagé plus de 400 hectares de contrats, portant principalement sur des ray grass anglais, des ray grass d’Italie, fétuque, vesce et avoine. Avec un objectif de croissance des surfaces de 50% par an sur les deux productions engagées, Semences Fourragères de Picardie a fait le choix d’un séchage par caisse.

Séchage en caisse
A la moisson, les multiplicateurs livrent leurs récoltes qui sont isolées pour en perdre l’humidité, puis chaque lot est transféré dans des caissons à double fond, sortes de containers permettant la circulation d’un air chaud au travers de la quantité en cours de séchage.
Un séchoir permet la circulation d’un air à température et pression constante. Son canal de plusieurs dizaines de mètres de long permet le raccordement de 24 caissons simultanés. Cette installation permet d’accompagner les objectifs de Semences Fourragères de Picardie sur les prochaines récoltes, tout en garantissant un rythme efficace aux multiplicateurs qui pourront livrer de 10h à 21h, avec un temps de déchargement de l’ordre d'un quart d’heure par remorque.
Le choix est fait d’un temps de séchage constant. Dès lors, c’est la quantité de semence qui variera dans le caisson en fonction de l’humidité à la récolte (plus le produit sera livré sec, plus la quantité séchée sera importante dans un caisson sur un cycle, avec des possibilités de valorisation tant en terres légères que profondes. D’ailleurs, les cultures trouveront un intérêt tant en terme d’assolement que de structure de sol.
Côté prix, Semences Fourragères de Picardie annonce déjà des tarifs supérieurs aux grilles de recommandation interprofessionnelles. Même s’ils ne sont pas encore définitifs (toutes les valorisations de contrats de vente n’étant pas encore définitive), ils donnent des repères cohérents pour les multiplicateurs «historiques».
Géraldine Briet, technicienne de Semences Fourragères de Picardie a présenté des objectifs de produits bruts de l’ordre de 1 500 € à 2 000 €/ha. Pour la récolte 2012, le prix de valorisation sera ainsi calculé en fonction des espèces et des variétés.
Pour les nouveaux producteurs, qui veulent découvrir ces es­pèces, Semences Fourragères de Picardie réfléchit à un mode de rémunération permettant de garantir une cohérence face aux céréales, un système qui sera travaillé et affiné au cours des prochaines se­mai­nes.

Nouveaux débouchés dès les prochains semis
Semences Fourragères de Picardie confirme la bonne teneur du marché des semences fourragères sur la récolte à venir et au moins la future. Ainsi la société propose d’ores et déjà de nouvelles surfaces, notamment pour les espèces citées précédemment.

Pour préparer dès à présent les assolements, Semences Fourragères de Picardie se tient à disposition des multiplicateurs intéressés ou simplement cu­rieux, qui peuvent contacter Géraldine Briet au 06 86 67 00 97.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde