Aller au contenu principal

Semences : une filière d'excellence en ex-Picardie

La filière semences se découpe en plusieurs grandes étapes.

© AAP




La première étape est la sélection créatrice qui consiste en la recherche et la création de nouvelles variétés par des obtenteurs, qu’ils soient privés, issus de la coopération, ou publics (Inra). Une fois inscrites au catalogue, ces variétés sont ensuite produites en masse par des établissements producteurs (coopératives et privés) grâce au travail d’agriculteurs multiplicateurs. Enfin, après un travail de contrôle et de certification, les semences sont confiées à des distributeurs, coopératives et négociants, avant d’être vendues à l’utilisateur final, agriculteur ou industrie.
C’est grâce à tout ce travail que ce dernier est sûr d’avoir à sa disposition une semence distincte (au moins un caractère qui la différencie des autres), homogène (individus identiques) et stable. La filière semences est donc le premier maillon de la production agricole, qu’il s’agisse de céréales, plantes industrielles, légumes ou cultures florales.

Poids lourd
La France est, à ce titre, le premier exportateur mondial de semences agricoles avec un chiffre d’affaires de 3,3 milliards d’euros. La filière semences contribue à 43 % de l’excédent commercial des produits agricoles, sylvicoles et piscicoles. Ce chiffre d’affaires a progressé de 32 % entre 2008 et 2016, toutes espèces confondues. Cette progression s’explique à la fois par une augmentation des ventes sur le marché français (+ 13 %) et un très net développement des exportations (+ 58 %).
En termes d’emplois et d’économie, la filière semences comprend 70 entreprises de sélection, dont 54 PME familiales ou coopératives ; 250 entreprises de production de semences présentes sur le territoire national, avec des implantations dans 225 communes ; 19 000 agriculteurs multiplicateurs de semences ; 8 000 distributeurs et 50 000 emplois directs ou indirects, dont un quart de l’emploi du secteur semences concerne la recherche.
À ce propos, la filière est l’une de celle qui consacre une bonne part de son chiffre d’affaires à la recherche, 13 %, contre 9 % pour l’électronique.

En région
Les Hauts-de-France et notamment la Picardie représentent une région où la filière est particulièrement implantée. On y trouve des sélectionneurs, comme Laboulet dans la Somme ou Unisigma, Saaten Union et Linea dans l’Oise. Côté entreprises de production (hors plants de pommes de terre), par exemple, sont implantées Noriap activité Semences fourragères de Picardie, Sana Terra dans la Somme, Eurosem, Yverneau et Frontagri dans l’Aisne, Agora et Valfrance dans l’Oise.
Dans le créneau des plants de pommes de terre, l’Aisne accueille Picardie Plants SARL et la coopérative Expandis, la Somme Chipex, Les Touquet plants SAS côte d’Opale ou Meijer France SA, par exemple.
Enfin, ce sont plus de 1 100 agriculteurs picards qui multiplient les semences, à comparer aux 18 615 pour la France entière.

Des perspectives
Suite aux États généraux de l’alimentation, à la demande du gouvernement, la filière semences a élaboré son plan de filière fin 2017. Ce plan comporte trente engagements structurés autour de trois axes clés : mieux répondre aux attentes des citoyens, des consommateurs et des clients, innover pour accompagner les filières en transition agro-écologique et, enfin, protéger, enrichir et diffuser la biodiversité.
Les obtenteurs travaillent à développer des variétés mieux adaptées aux conditions pédoclimatiques, plus résistantes aux maladies et parasites pour diminuer l’utilisation des produits phytosanitaires, et répondant aux goûts et à la qualité attendus de nos concitoyens.

Les atouts de la filière semences

- Un ancrage local non délocalisable
- Facteur de stabilité de production territoriale
- Revenu stable et plus important que les productions de consommation
- Une production sous contrat
- Une démarche collective et collaborative : des maillons interdépendants pour approvisionner le marché jusqu’au consommateur

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde