Aller au contenu principal

Semis du lin fibre : pas de précipitation !

Même si le beau temps est au rendez-vous, mieux vaut être patient pour les semis du lin fibre. Des gelées pourrait provoquer des dégâts.

Un semis des linières expose actuellement les parcelles de lins à divers dégâts liés 
au froid si des épisodes de gel surviennent au cours du mois de mars. 
Un semis des linières expose actuellement les parcelles de lins à divers dégâts liés
au froid si des épisodes de gel surviennent au cours du mois de mars. 
© © Stéphane Leitenberger



Les conditions météorologiques chaudes et ensoleillées peuvent paraître propices pour effectuer les premiers semis cette semaine dans la région, dans les terres les plus chaudes (terres sableuses et en bordure de mer). Il est néanmoins essentiel de ne pas aller trop vite : le semis est une étape primordiale dans la conduite de la culture.
Attention aux épisodes de gel du mois de mars ! En effet, les épisodes de gel (avec une température inférieure à 0°C) entre le 25 février et le 31 mars sont fréquents dans la zone de production du lin. Sur vingt ans, ils surviennent sur une durée totale comprise entre zéro et dix jours en fonction des secteurs.
Un semis des linières expose actuellement les parcelles de lins à divers dégâts liés au froid si des épisodes de gel surviennent au cours du mois de mars. Dans le cas d’une gelée avant la levée : au moment de l’imbibition des semences, des gelées blanches peuvent suffire à affaiblir les germes. Lorsqu’il y a prise en glace de la terre constituant le lit de semences, il y a alors destruction complète des graines imbibées et absence de levée.
Dans le cas d’une période de gel survenant brutalement et précédée de températures douces, le froid ne permet pas aux plantes de s’endurcir. L’intensité des dégâts sur lin dépend de l’écart de température à l’apparition du froid.
Le gel est particulièrement préjudiciable à l’émergence du lin fibre de printemps et peut provoquer la disparition de tous les germes. Dès le stade 3-4 cm, les risques sont moindres et les plantes sont beaucoup plus résistantes.

Intervenir sur un sol réchauffé et ressuyé
Les écarts de température au cours de la journée sont actuellement encore importants avec des gelées matinales fréquentes. Ces gelées empêchent le réchauffement des sols.
Pour s’assurer une levée rapide et homogène, il est souhaitable de réaliser le semis dans des sols réchauffés, c’est-à-dire quand la température du sol atteint environ 10°C et que les conditions climatiques sont douces (>10°C). Pour optimiser les conditions de semis, l’absence de pluie dans les 48h après la reprise des terres est recommandée.
Il est également nécessaire d’attendre un ressuyage sur une profondeur d’environ 40 cm avant d’envisager toutes interventions mécaniques afin de ne pas créer de semelle de labour ou de zone de lissage qui serait préjudiciable aux linières. Le respect de ces conditions limitera l’exposition des linières aux ravageurs et plus particulièrement aux altises.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde