Aller au contenu principal

Séparation vente/conseil des phytos : l'impact pour les technico-commerciaux

Animateur technique et commercial, mais aussi toujours technico-commercial chez Noriap, Hubert Lecat s’attend à ce que son métier change radicalement.

Hubert Lecat, TC chez Noriap.
Hubert Lecat, TC chez Noriap.
© F. G.



Dans le cadre de ses missions de technico-commercial dans les régions Ponthieu et Vimeu, Hubert Lecat suit encore une vingtaine d’adhérents «pour garder un pied sur le terrain et rester en lien étroit avec nos adhérents», dit-il. Le conseil délivré aux adhérents s’échelonne sur toute l’année, de la saison morte (du 10 novembre au 28 février) à la récolte. Au menu : choix des variétés, conseil sur les produits phytos en lien avec le cahier des charges des clients, particulièrement des filières tracées (contrat pois, blé LU…), mais aussi avec l’historique de la parcelle et la climatologie. «Au printemps, les tours de plaine se font à la demande des agriculteurs», précise-t-il. Le conseil chez Noriap est facturé suivant deux offres : la première, l’offre Privilège, inclut le conseil dans l’achat des phytos ; la seconde, l’offre Access, facture à part le tour de plaine. Un fonctionnement amené à évoluer demain avec la séparation capitalistique de la vente et du conseil phytos.

Quel niveau de service demain ?
Du changement, il y en aura assurément, même si, pour l’heure, «on n’a pas de visibilité sur l’avenir du métier. Ce qui est clair, cependant, c’est qu’on ne sera plus technico-commercial», pense-t-il. Autre évidence : le conseil sera facturé séparément. Interrogation : quel niveau de conseil demandera l’agriculteur demain ? Une énigme pour le moment.
Quoi qu’il en soit, les technico-commerciaux se demandent s’ils vont garder leur travail demain, d’autant plus s’ils ne peuvent plus faire du conseil, et comment leurs coopératives vont s’organiser. Sa certitude ? Son métier va évoluer fortement. Dans quel sens imagine-t-il ces évolutions ? «En tant que technico-commercial, on donne des conseils sur tous les types de cultures. Peut-être que, demain, une spécialisation s’imposera. Reste que dans une région comme la nôtre, où la polyculture est largement pratiquée, les agriculteurs accepteront-ils d’avoir plusieurs conseillers ? Je n’en suis pas sûr», commente-t-il.
Autre évolution, selon lui : le développement des outils d’aide à la décision (OAD) pour valider l’utilisation des produits phytosanitaires. C’est déjà le cas pour les apports d’azote et pour certains produits phytosanitaires. «On devra se former de plus en plus sur les OAD. Il va falloir s’adapter, et de plus en plus vite, au vu de l’évolution rapide de ces outils», considère-t-il. Mais quelles que soient les évolutions, le plus important, à son avis, est de «ne pas perdre la proximité avec les adhérents».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde