Aller au contenu principal

SIA 2014 : focus sur l’agriculture urbaine et les nouvelles technologies

La nouvelle édition du Salon international de l’agriculture aura lieu la semaine du 22 février au 2 mars 2014.

Cette année, l’objectif du Salon international de l’agriculture (SIA) est «de rentrer dans les réalités de l’agriculture et de quitter une image passéiste», fait valoir Jean-Luc Poulain, le président du SIA lors d’une conférence de presse à Paris le 6 janvier. Les salles de traite s’automatisent, les tracteurs sont plus précis grâce à l’informatique embarquée et au guidage GPS, les drones commencent à survoler les parcelles… Autant d’exemples qui seront présentés sur 600 m² de stand Porte de Versailles (A noter que le Mondial des fournisseurs de l’agriculture et de l’élevage, le SIMA, reste bisannuel et se tiendra en 2015, en même temps que le SIA, à Villepinte) Autre nouveauté : l’agriculture urbaine. Avec les ruchers installés dans Paris, les potagers sur les toits de l’école AgroParisTech, l’agriculture urbaine devient une vraie tendance française mais aussi mondiale. Poussé par la directrice du salon, Juana Moreno, ce mode d’agriculture innovant sera à l’honneur pendant la semaine du 22 février au 2 mars 2014. Une initiative également soutenue par Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture, qui veut «remettre l’agriculture dans la ville». «Nous devons prend ce sujet à bras le corps et créer de nouveaux bourgs», ajoute-t-il avec conviction.

International
L’objectif du salon est aussi de valoriser l’agriculture française. Veaux, vaches, cochons se disputent bien sûr la vedette mais les rencontres entre professionnels sont tout aussi importantes. Un cycle de conférences internationales se déroulera les 24 et 25 février avec pour thèmes l’agriculture familiale, la coopération Nord-Sud et la sécurité alimentaire. «L’ambition de ces échanges est de permettre aux pays du pourtour méditerranéen d’élaborer des solutions communes en matière d’agriculture et de sécurité alimentaire», explique le président du SIA, également agriculteur en Picardie.
De son côté, Guillaume Garot, le ministre de l’Agroalimentaire, insiste «sur la place à prendre» de la France sur le marché de l’agroalimentaire mondial. «Dans les dix années à venir, nous pouvons fixer des objectifs ambitieux», argue-t-il.
Malgré les nouveautés, le salon de l’agriculture garde son traditionnel Concours Général agricole avec 4 663 produits en concours et 1 900 éleveurs participants. Pour l’édition 2014, le whisky fait son entrée dans la catégorie des eaux de vie et un nouveau concours est créé pour les prairies fleuries. Les 700 000 visiteurs attendus, soit 1 % de la population française (!), découvriront la vache «star» du Salon, Bella la Tarentaise. Elle sera présente sur toutes les affiches du salon et son éleveur savoyard, Stéphane Tour, n’est pas peu fier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde