Aller au contenu principal

SIA 2018 : «L’élite agricole de la région» mise à l’honneur

Les médaillés des concours du Salon de l’agriculture étaient à nouveau récompensés, cette fois-ci par la Région, ce 2 juillet. L’occasion de redécouvrir les meilleurs races et produits locaux des Hauts-de-France.

Parmis les récompensés, de haut en bas et de droite à gauche : Chloé Michel-Pinguerbe, meilleure pointeuse équin, Pascal Denis pour son miel, Philippe Podevin pour son jus de pomme, Grégoire Legrand et sa chienne Whippet Adrian Donna Gaines, M. Leduc pour son Maroilles AOP sorbet et Bernard Hochart pour ses Traits Boulonnais.
Parmis les récompensés, de haut en bas et de droite à gauche : Chloé Michel-Pinguerbe, meilleure pointeuse équin, Pascal Denis pour son miel, Philippe Podevin pour son jus de pomme, Grégoire Legrand et sa chienne Whippet Adrian Donna Gaines, M. Leduc pour son Maroilles AOP sorbet et Bernard Hochart pour ses Traits Boulonnais.
© © A. P.

Ils sont quarante-neuf à avoir obtenu un premier prix et quarante et un à s’être vus passer une médaille autour du cou. Ces agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, producteurs et jeunes en formation des Hauts-de-France qui ont brillé au Salon international de l’agriculture 2018 étaient récompensés, ce 2 juillet, pas Marie-Sophie Lesne, vice-présidente en charge de l’agriculture à la Région, et par Christophe Buisset, président de la Chambre régionale d’agriculture des Hauts-de-France. «Vous êtes l’excellence de l’élevage et de nos produits, félicitaient les élus. Et c’est d’autant plus dans les périodes difficiles comme celle que nous traversons qu’il faut garder le panache et montrer le meilleur. Car notre qualité fait notre image de marque.»
Si élever n’est pas une mince affaire, participer à un tel concours l’est encore moins. «Pour préparer nos bêtes, un an de travail est nécessaire, assure Willy Balderacchi, éleveur de moutons Ile-de-France de l’Oise, multimédaillé. Et ces moutons sont tellement poussés pour le concours qu’il nous est ensuite difficile de les réintégrer dans les troupeaux pour la production classique.» Participer à de tels événements est pourtant l’occasion de faire connaître la race, «que l’on exporte à l’international, notamment dans les pays de l’Est.» A cela s’ajoute les frais de participation au concours lui-même. «Heureusement que la région nous donne un coup de pouce financier.»
Au sujet des finances, Bernard Hochart affiche un sourire ironique. Car pour lui, à la retraite, et son fils, associé du Gaec de l’écurie, à Ouve-Wirquin (62), élever ses chevaux de Trait Boulonnais est une passion qui coûte bien plus qu’elle ne rapporte. La médaille d’or décrochée au Sia est la simple récompense du travail accompli : «sélection génétique, élevage des poulains, débourrage et dressage des jeunes chevaux», précise-t-il.
Environ quatre poulains par an naissent dans l’exploitation chaque année, en plus des six juments et des deux mâles. 6 ha leurs sont réservés. «Le coût de l’élevage s’élève à 4 000 euros pour un cheval de quatre ans. On essaie de les vendre bien dressés à ce prix là pour au moins amortir les frais. Mais la demande est très faible.» Pourtant, son étalon reproducteur, Timide, transmet des gènes que Bernard a sélectionnés depuis des années : «Il a surtout une belle tête, avec des oreilles bien refermées en haut.» De quoi séduire, mais les amateurs de cette race locale de plus en plus rare se font moins nombreux, eux aussi.

Des jeunes recrues
Heureusement, les centres de formation de la région s’engagent à former les jeunes dans des pratiques qui se perdent. C’est le cas au LPA de la Haute-Somme de Péronne (80), à l’antenne de Ribemont-sur-Ancre. Chloé Michel-Pinguerbe, en terminale CGEH (Conduite et gestion de l’entreprise hippique) a remporté le trophée du meilleur pointeur équin. «Il fallait noter les chevaux en modèles et allures. Celui qui affichait des notes au plus près du jury officiel gagnait», explique-t-elle. Une expérience «enrichissante» qu’elle espère revivre l’année prochaine.
Pascal Denis, apiculteur à Barly (62), aimerait aussi retourner au Salon dans les prochaines années. Son miel de forêt Les Hauts-de-France a reçu une médaille d’argent, gage de sa qualité gustative. Mais pour lui, le combat réside en la sauvegarde de ses chères abeilles. «Les taux de mortalité exceptionnels que nous vivons en ce moment sont très graves, assure-t-il. Et sans abeilles, plus de planète
Lui a perdu une centaine de ruches en début d’année. Les causes seraient multiples, et difficile de toutes les énoncer. La Région a d’ailleurs entamé un plan d’urgence pour tenter d’y remédier.

1ers et 2e récompensés

Médaillés d’argent et d’or des Hauts-de-France

au concours des animaux du Concours général agricole 2018
Bovins race blanc bleu : grande championne : or, Sylvain Cauchy (59 Preux-au-Sart).
Bovins race rouge flamande : grande championne : or, Gaec Hedon (02 La Flamengrie)
Bovins race Prim’Holstein : championne rouge : or, EARL Lepoint (59 Bavay)
Cheval de Trait trophée d’avenir : or, François Aublin (59 Viesly)
Cheval de Trait trophée Trait sportif : argent, Etienne Delmer (62 Saint-Josse)
Cheval de Trait trophée monte : or, Jonathan Capron (62 Maisnil)
Chevaux Boulonnais : or, Gaec de l’Ecurie (62 Ouve-Wirquin) ; argent : Jonathan Capron (62 Maisnil)
Chevaux Trait du Nord : modèles et allures : or, Michel Moreau (59 Bailleul), argent, Patrick Vangeneberg (59 Lecelles)
Trophée national chevaux de territoire : argent, Joseph Morghese (80 Rue)
Moutons Ile-de-France : or et argent dans différentes catégories : EARL Lefevre (60 Catigny), EARL Josselin (60 Méry-la-Bataille), Willy Balderacchi (60 Caisnes).
Moutons boulonnais : or et argent dans différentes catégories : Gaec des Hauts Champs (59 Steenwerk), EARL Machen de Beaucorroy (62 Doudeauville)
Moutons Texel : or et argent dans différentes catégories : Christophe Pery (02 Harcigny), Daniel et Guillaume Dufour (02 Mont-St-Jean)
Moutons Suffolk : or et argent dans différentes catégories : EARL Bethencourt (62 Rebreuve-Ranchicourt), EARL Agri Smessaert (60 Catigny), Alban Passer (02 Aubencheul-au-Bois),
Canin : race française à faible effectif : argent : Patrice Tatencloux (60 Canly, Epagneul de Pont-Audemer) ; et Mickael Charpentier (02 Braineraine, Epagneul de Pont-Audemer)
Canin : Prix de championnat Champion Femelle : or, Grégoire Legrand (62 Gouy-Saint-André, Whippet)

Concours de Jugement des animaux par les jeunes
du Concours général agricole 2018
Trophée du meilleur pointeur équin : Or, Chloé Michel-Pinguerbe, LPA de la Haute-Somme (80, Péronne)
Trophée national des lycées agricoles, races laitières : argent, Institut de Genech (59 Genech)

Concours des produits du Concours général agricole 2018
Champagnes : médailles d’or et d’argent dans différentes catégories : champagne Bernard Bijotat Brut (02 Romeny-sur-Marne) ; champagne Fallet Dart Grande sélection Brut (02 Charly-sur-Marne), champagne Paul Leredde Cuvée Carte Rouge (02 Crouttes-sur-Marne), champagne Olivier et laeticia Marteaux Réserve Brut (02 Azy-sur-Marne), champagne Roulot Bruno Zéro dosage Brut (02 La Chapelle-Monthodon), champagne Leguillette Romelot Notes Blanches Brut (02 Charly-sur-Marne), champagne Jacques Sonnette Brut (02 Charly-sur-Marne), champagne Michel Fallet Carte d’Or Brut (02 Charly-sur-Marne)
Bières blondes : médailles d’or et d’argent dans différentes catégories : Blonde/Au Cœur du Malt (60 Verneuil-en-Halatte), Jenlain Humeur du Brasseur/Brasserie Duyck (59 Jenlain),  Léonce d’Armentières Triple/Brasserie Malécot (59 Armentières), Bracine Triple/Brasserie du Pays flamand (59173 Blaringhem), Anosteke Blonde/Brasserie du Pays flamand (59 Blaringhem), La Fière/Brasserie du Pays flamand (59 Blaringhem), Lydéric Blonde/Brasserie Lilloise (59 Roncq)
Bières ambrées : médailles d’or et d’argent dans différentes catégories : Bellus Ambrée/Ferme brasserie de Beaumont (62 Hénin-Beaumont), Félicité Ambrée/SARL Brasserie Félicité (62 Hénin-Beaumont),  Wilde Leeuw cuvée Brett vieillie fût de vin blanc/Brasserie du Pays flamand (59 Blaringem)
Bières aux fruits rouges : argent, Belzebuth Pink/Brasserie Goudale (62 Arques)
Miels et hydromels : argent, miel de forêt Les Hauts-de-France/Denis (62 Barly)
Foie gras entier de canard en semi-conserve : foie gras de canard entier mi-cuit à poivre sauvage/SAS Boucherie de la République (02 Fère-en-Tardenois)
Maroilles AOP : argent, Maroilles Mignon/Gaec de la Fontaine Orion (02 Haution) ; argent, Maroilles AOP Sorbais / SARL Leduc (02 Sommeron).
Charcuterie : or, saucisses fumées cuites mini, les Salaisons du Douesy (59)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde