Aller au contenu principal

Sima 2015 : plein feu sur l’innovation

Pas moins de 600 nouveautés seront présentées sur un parcours balisé au prochain Salon international de la machine agricole.

© Reussir

C’est «dans un contexte très favorable», selon la directrice du Sima, Martine Dégremont, que se tiendra l’édition 2015 du 22 au 26 février au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte. Par rapport à l’édition précédente, le Sima 2015 enregistre 25 % de nouveaux exposants. Une tendance qui a amené le salon à se redéployer dans un hall complémentaire, le hall 7. Ce hall accueillera le Simagena, les matériels d’élevage, de manutention, de transport et méthanisation. Et pour être plus exhaustif, deux nouvelles offres verront le jour en 2015 : les matériels professionnels pour les espaces verts et les matériels pour les cultures tropicales et spécialisées.
En présentant cette édition, Patrick Pérard, le président de l’Union des industriels de l’agroéquipement (Axema), comme Martine Dégremont ont surtout insisté sur l’innovation. Certes, le marché des agroéquipements devrait atteindre «un pallier» en 2015, après une embellie des ventes qui a duré quelques années, estime le président. Mais il considère aussi que l’innovation devait continuer à soutenir le marché, grâce «aux gains de productivité» qu’elle apporte aux acheteurs de matériel. D’ailleurs pas moins de 600 nouveautés seront présentées au Salon en plus des traditionnelles « innovations Awards » qui récompensent les plus remarquables.

Trois tendances
Selon Jean-Marc Bournigal, président du jury et de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea) trois tendances se dégagent cette année en la matière : le développement de l’AgroTIC (pour techniques de l’information et de la communication) dans les machines. Autrement dit, celles-ci sont aptes à collecter des informations qui, transmises et traitées, permettent en retour d’ajuster le travail du sol, les semis, la distribution d’engrais ou le traitement des cultures par exemple.
Deuxième tendance la sécurité des machines et des opérateurs au niveau de l’attelage, la prévention des risques de renversement ou la détection d’obstacles notamment.
La troisième vise à améliorer la performance des équipements et les débits de chantier plutôt que l’augmentation de la taille désormais freinée par la circulation des engins agricoles sur les routes.
La prochaine édition sera également marquée par l’importante augmentation de la présence internationale.
Au final, plus de 40 pays seront représentés. Et côté visiteurs, les organisateurs comptent battre le record enregistré lors de la précédente édition : près de 250 000 entrées venus de 145 pays.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde