Aller au contenu principal

Six agriculteurs de la Somme mènent un projet commun d’irrigation

Six agriculteurs du secteur d’Albert mènent un projet d’irrigation de leurs terres. L’eau devrait permettre aux exploitations d’améliorer la qualité de leurs pommes de terre et de se diversifier.

La présence d’eau (sous ce bidon) a été découverte un peu par hasard, dans une parcelle de Christophe Buisset, à Aveluy. Elle devrait irriguer 89 ha de pommes de terre et de légumes.
La présence d’eau (sous ce bidon) a été découverte un peu par hasard, dans une parcelle de Christophe Buisset, à Aveluy. Elle devrait irriguer 89 ha de pommes de terre et de légumes.
© A. P.

«L’eau, apportée à un moment clé de la vie d’un légume, est un vrai coup de pouce.» Voilà la base de la réflexion qu’ont menée Christophe Buisset, agriculteur à Aveluy, près d’Albert, et six autres agriculteurs voisins. «Nous avons trouvé un forage un peu par chance, avec un sourcier, dans l’une de mes parcelles», confie Christophe Buisset.
Le projet s’est ensuite monté en commun. Trois à quatre kilomètres de tuyaux enterrés, reliés à des sorties, devraient rendre irrigables 258 ha en eau. La police de l’eau (DDTM) a accepté la création du forage et le dossier concernant les quantités est en cours. 160 000 m3 seraient nécessaires chaque année pour irriguer 30 ha de pommes de terre et 59 autres de légumes de plein champ. L’eau devrait être à disposition des parcelles dès cet été.
Reste aux agriculteurs à créer leur Cuma, qui permettra du matériel performant, puis d’acheter un enrouleur et un canon. Christophe Buisset mettra alors son puit à disposition de la Cuma. «D’ici deux ou trois ans, nous aimerions acheter une rampe avec sprinklers», ajoute-t-il. Le coût total devrait s’élever à 150, voire
200 000 E.
Mais le projet est, pour les agriculteurs, l’opportunité de créer de la valeur ajoutée dans leurs exploitations, dont les cultures sont à peu près similaires. «Car l’eau ouvre des portes !» Elle  permettrait notamment de sécuriser le cultures lors des périodes sèches et d’ouvrir à la diversification. «Nous cultivons presque tous des pommes de terre d’industrie. Nous pourrions, par exemple, nous orienter vers le plus haut de gamme.» Idem pour l’assurance d’un haricot de qualité, qui a besoin d’eau pour ne pas faire de fils.

Echange de bons procédés
Olivier Darras, installé à Bouzincourt, y voit un intérêt pour ses endives. 20 à 25 ha de ses parcelles, sur 90 ha, devraient bénéficier de l’irrigation. «Les endives en ont surtout besoin au moment des semis, pour assurer la levée, précise-t-il. Une petite pluie fine et régulière est l’idéal.» L’eau peut même être utile après levée lors des années très sèches, comme il y a deux ans. Pour lui, c’est aussi le moyen de procéder à des échanges de services avec d’autres agriculteurs. «Je peux proposer de partager mon irrigation près de mes parcelles équipées, en échange de profiter d’un autre équipement, proche de mes parcelles non irriguées.»
Les six exploitants concernés font également partie des vingt-deux membres actifs au sein d’un projet de méthaniseur, qu’ils alimenteraient avec les résidus de cultures. «L’irrigation permettrait, pour les deuxièmes cultures, de produire beaucoup de matière en peu de temps.» La pousse du maïs à croissance rapide, du seigle, du triticale, du trèfle ou encore du sorgho serait ainsi boostée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde