Aller au contenu principal

Sofiprotéol devient Avril

Le groupe Sofiprotéol a adopté une nouvelle organisation et une nouvelle gouvernance.

© Marie Hombeline Vincent

Trente et un an après sa création, le groupe Sofiprotéol change de «look». L’organisme de la filière oléo-protéagineuse créé par Jean-Claude Sabin et Philippe Tillous Borde modifie sa structure juridique, son organisation ainsi que son identité.
Il devient le groupe Avril, symbole du renouveau de la nature au printemps, ainsi que l’a rappelé Jean-Philippe Puig, l’ancien directeur devenu gérant du nouvel ensemble.
Sur le plan juridique, le nouveau groupe prend le statut d’une société en commandite par actions qui comprend deux catégories d’associés, les associés commanditaires et les associés commandités. «Cette nouvelle gouvernance préserve la place du monde agricole qui a été voulue dès l’origine» a indiqué Xavier Beulin, le président de la société commanditée. «Cette évolution permet de consolider le groupe et va nous permettre un meilleur accès à de nouveaux financements afin d’accélérer son développement» a précisé Jean-Philippe Puig.
Concrètement, les associés commandités sont assimilables à un conseil d’administration où sont décidées les grandes orientations du groupe. Ils réunissent neuf membres, quatre issus de la Fédération des oléo-protéagineux (Fop) : Xavier Beulin, Gérard Tubéry, (président de la Fop), Arnaud Rousseau (vice-président de la Fop) et Bernard de Verneuil (président du Cétiom), trois personnalités qualifiées : Anne Lauvergeon (ancienne patronne d’Areva), Jean-Pierre Denis (président du Crédit mutuel de Bretagne) et Pierre Pringuet, (directeur général de Pernod-Ricard), ainsi que de deux anciens dirigeants du groupe : Patrice Gollier, ancien directeur général d’In Vivo et Alain Mirot, ancien directeur administratif et financier du groupe Sofiprotéol.

Les activités industrielles et financières séparées
Quant aux associés commanditaires qui jouent le rôle de conseil de surveillance, ils rassemblent les interprofessions de la filière oléo-protéagineuse, la Fédération des oléo-protéagineux ainsi qu’une fondation reconnue d’utilité publique, la fondation Avril qui pourra détenir jusqu’à 35 % du capital. Le Conseil de surveillance est présidé par Jacques Siret, président de l’Onidol.
Enfin dans la nouvelle organisation, les activités industrielles et financières du groupe sont clairement séparées. D’un côté le pôle végétal d’Avril qui regroupe les activités liées à la transformation des graines d’oléagineux, l’alimentation humaine avec les huiles Lesieur notamment, les énergies renouvelables avec le biodiesel et la chimie du végétal. Le pôle animal regroupe la nutrition animale avec la marque Sanders, l’alimentation humaine (œufs et ovoproduits avec la marque Mâtine, les viandes de porc et de volailles), la biosécurité et les spécialités nutritionnelles. Quant aux activités financières, elles restent concentrées autour de Sofiprotéol qui devient la société de financement et de développement du groupe Avril et qui intervient à ce jour, soit sous forme de prêts bancaires, soit sous forme de participation minoritaire dans 140 entre­prises.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde