Aller au contenu principal

Somme-produitslocaux.fr cible une nouvelle clientèle

Le site somme-produitslocaux.fr permet de commander en ligne les produits samariens et de les retirer directement chez le producteur.

© Crédit photo : C. BAZIN / CG80


Sébastien Joly, agriculteur et éleveur de volaille à Saint Fuscien, vend sa production sur le site somme-produitslocaux.fr et gère le point de retrait "Les volailles de Montplaisir" ouvert il y a plus d'un an. Installé en 2009, ce jeune agriculteur s'est lancé il y a quatre ans dans l'élevage de volaille. Pour valoriser sa production, il a créé un abattoir à la ferme et a ouvert un magasin de vente directe. En mars 2013, Sébastien Joly et d'autres producteurs samariens se sont regroupés pour créer une SAS dans l'objectif de mieux commercialiser leurs produits. Avec l'aide de la chambre d'agriculture de la Somme et du Conseil régional, ce groupement a bénéficié d'un site internet : somme-produislocaux.fr.
Sur ce site, le client commande des articles samariens selon le point de retrait le plus près de chez lui. Il y en a neuf dans la Somme et l'ouverture de deux autres sont prévus en juin et septembre prochain.

Tout est centralisé
Le point de retrait est géré par le producteur qui accueille les clients dans son exploitation. «Chaque semaine, les producteurs du département apportent au magasin les produits qu'ils ont commandés sur le site. J'en ai de toutes sortes, des légumes jusqu'à de la bière, mais chaque point de retrait a sa propre gamme de produits. Chaque vendredi soir et samedi après midi, les clients viennent chez moi chercher leur colis», explique Sébastien Joly.
Sébastien Joly tue deux cents poulets élevés en plein air chaque semaine. La moitié d'entre eux sont destinés à la grande distribution.

Clientèle difficile à fidéliser
Le reste est vendu pour moitié directement à la ferme et pour moitié par le biais du site internet somme-produitslocaux.fr. «Je livre la volaille aux autres points de retraits des alentours, à Démuin, à Jumel, à Coisy, à Amiens, à la ferme du Paraclet ou encore à Plachy Buyon. Grâce au site internet, j'ai ciblé une autre clientèle notamment les personnes qui aiment consommer local mais qui n'ont pas le temps d'aller dans les magasins de vente directe de la région. Avec ce système tout est centralisé, mais les clients gardent tout de même le contact avec un producteur», indique ce jeune agriculteur.
Sébastien Joly voit de nombreux avantages à ce système notamment dans la gestion des stocks : «Je sais que le vendredi soir et le samedi après midi je vais écouler le stock que j'ai préparé. Même si je passe un peu plus de temps pour les livraisons dans les autres points de retrait, j'ouvre mon magasin pendant deux heures et je vends autant de volaille qu'en l'ouvrant trois jours ! Je garde toujours le contact avec les clients ce qui est très important pour moi. Avec le paiement en ligne, je n'ai plus d'impayés, plus de monnaie à rendre, bref c'est un nouveau concept qui est avantageux pour le client comme pour le producteur». Cet adepte a tout de même remarqué que cette nouvelle clientèle préfère le petit conditionnement et qu'elle est difficile à fidéliser.
Le producteur qui souhaite commercialiser des produits sur le site doit tout d'abord prendre une part sociale de 250 euros dans la SAS. Il s'engage également à respecter le règlement intérieur et à produire lui-même les marchandises qu'il met en vente. Chaque mois le producteur est rémunéré selon la quantité vendue. Tous les ans, 20% de son chiffre d'affaire est consacré au fonctionnement du site ainsi qu'au financement de la communication au sein du point de retrait, comme la newsletter ou encore les portes ouvertes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde